On-line: гостей 0. Всего: 0 [подробнее..]
АвторСообщение
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3076
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 26.11.09 21:01. Заголовок: Документы из архива канцлера Пьера Сегье


Благодаря тому, что мне, не без помощи уважаемой Amie du cardinal, попала в руки книга Б.Ф.Поршнева "Народные восстания во Франции перед Фрондой, 1623-1648 года", появилась возможность разместить на форуме оригиналы из архива канцлера Сегье, часть которого находится в Петербурге.
Уважаемая просьба. У кого есть возможность, начинайте потихоньку перевод документов, чтобы все участники форума имели возможность с ними ознакомиться. Спасибо.

Биографически данные о канцелере приводить здесь я не буду , для этого есть отдельная тема вот ЗДЕСЬ
Но перед самими документами, прошу форумчан уделить внимание статье автора, которая рассказывает о судьбе архива.




Спасибо: 0 
Профиль
Ответов - 22 , стр: 1 2 All [только новые]


МАКСимка
moderator




Сообщение: 3077
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 26.11.09 21:02. Заголовок: Всю жизнь Пьер Сегье..


Всю жизнь Пьер Сегье трудился над созданием собственной библиотеки, вернее, коллекции редких книг и рукописей, которые были богато и тщательно переплетены и для хранения которых он построил специальную роскошную галерею. Согласно описи, составленной через месяц после его смерти, в 1672 г., и опубликованной, в виде особого каталога, 14 лет спустя, для предполагавшейся распродажи, рукописная часть собрания Сегье состояла из нескольких разделов: рукописи современные, латинские, греческие, восточные. Нас сейчас интересует именно первый раздел, озаглавленный «Manusripts modernes», куда вошли государственные бумаги, подлинная современная переписка, дипломатические донесения, сборники различных документов, скопированных специально для канцлера, и т. д. Словом, этот первый раздел составился в основном из архива самого канцлера.

Вдова Пьера Сегье в течение ряда лет после его смерти хранила библиотеку. Однако книги все же были понемногу распроданы. Возникал вопрос о продаже и всей коллекции рукописей в королевскую библиотеку, но назначенная цена — 40 тысяч ливров — оказалась слишком высокой для «короля-солнца». В конце концов коллекцию рукописей унаследовал один из внуков Пьера Сегье, Анри-Шарль дю Камбу де Коаслен, епископ метцкий в 1697—1732 гг. Последний перед смертью завещал это сокровище в те руки, которые тогда были, пожалуй, наиболее достойны его принять: конгрегации мауристов (или мавристов —congregation de Saint-Maur), монахов-бенедиктинцев, посвятивших себя собиранию, изучению и опубликованию исторических памятников. Надо ли напоминать об огромной роли, сыгранной мауристамп, особенно в XVII в., в деле развития точных приемов изучения рукописей и тем самым в становлении исторической науки. Главная часть бесценных рукописных сокровищ всех исторических эпох, кропотливо накопленных монахами-мауристами, хранилась в бенедиктинском монастыре Сен-Жермен-де-Прэ в Париже. Сюда и было в 1735 г. водворено собрание рукописей Пьера Сегье, если не считать той небольшой части, которая успела до этого рассеяться. Здесь это собрание хранилось до великой буржу-азной французской революции.

В 1795—1796 гг. вся библиотека аббатства Сен-Жермен-де-Прэ была передана во французскую Национальную библиотеку. Но тогда обнаружилось, что в предшествующие революционные годы в собрании мауристов, в том числе среди рукописей Сегье, образовались зияющие лакуны. История исчезновения рукописей из аббатства до сих пор не выяснена. Установлено лишь, что это произошло на третьем году революции — в 1791 г.7 Так или иначе, большинство исчезнувших Рукописей оказалось неизвестным путем в руках секретаря русского посольства в Париже Петра Дубровского — страстного коллекционера и любителя старинных рукописей, сумевшего прибрать к рукам также часть выброшенного революцией на улицу архива Бастилии и другие ценности того же рода. В 1800 г. Дубровский вернулся из Франции в Петербург и в 1805 г. продал свою неоценимую коллекцию рукописей русскому правительству, получив пожизненную должность хранителя в Публичной библиотеке и значительную пенсию. Там, в Государственной публичной библиотеке им. Салтыкова-Щедрина в Ленинграде, «коллекция Дубровского» бережно хранится до настоящего времени. Принадлежащие к этой коллекции рукописи носят на себе сделанную рукой Дубровского надпись: Ex museo Petri Dubrowsky .

Ниже речь идет только о той составной части этой коллекции, которая некогда была архивом самого Пьера Сегье. Далеко не все, что принадлежало к этому архиву, попало в руки Дубровского. Фонд оказался разорванным надвое, причем совершенно механически: часть бумаг Сегье, вывезенная из Франции, без какого-либо хронологического или иного принципа оторвана от той, которая хранится в Национальной библиотеке в Париже. Общее число документов из архива Сегье, хранящихся в Государственной публичной библиотеке в Ленинграде, достигает нескольких тысяч, из них к категории внутреннеполитической информации, направлявшейся из провинций к канцлеру, относится не менее 2,5—3 тысяч.

Весь этот фонд еще почти не привлекался историками к исследованиям а очень мало известен. В 60-х годах прошлого века в Петербург приезжал для ознакомления с французскими рукописями граф Гектор де Ла Феррьер. Он бегло просмотрел огромное количество самых разнообразных материалов, так или иначе относящихся к истории Франции, и по возвращении опубликовал в виде отчета о своей командировке обзор Всего виденного — с приведением некоторых текстов, которые почему-либо показались ему особенно любопытными. Не будучи ученым-специалистом, Ла Феррьер очень неумело и неточно скопировал и опубликовал эти случайно отобранные материалы и смог дать лишь весьма поверхностную характеристику всему богатейшему рукописному собранию. К его чести, он и не приписывал своей поездке какого-нибудь за¬вершающего или начерпывающего значения, напротив, он призывал историков следовать по своим стопам: «Там имеются,— писал он,— ожидающие разработки чудесные золотые залежи; достаточно иметь счастливую руку, волю и терпение искать. В 80-х годах в Петербурге работал над французскими рукописями бордоский историк Говен де Траншер. Это — серьезный собиратель памятников прошлого, и результатом его разысканий явилась солидная двухтомная публикация. Однако его интересы — узко локальные: он отобрал почти исключительно то, что относится к истории Бордо и провинции Гиень. Говен де Траншер не без основания утверждал, что тот, кто хочет изучать историю Бордо в XVII в., должен ехать в Петербург; но ведь примерно то же самое можно оказать не только о Бордо, а о целом ряде других городов и провинций Франции, между тем материалы о них так и лежат никем не тронутые. Что касается русских историков, то, как ни удивительно, до революции они в сущности не принимались за изучение этого богатого архивного фонда, хотя многие ездили в заграничные научные .командировки для работы во французских архивах. Только советские историки обратились к изучению этих ценнейших неопубликованных источников по истории Франции XVII в. Ряд документов использован в трудах А. Д. Люблинской, В. В. Вирюковича, А. О. Букштейна и др. Но все это — еще капля в море, сравнительно с тем, что остается неиспользованным.
Для настоящего исследования о народных восстаниях перед Фрондой автор использовал следующие дела из архива Сегье:

№ 37. Lettres originales de Louis de Valois comte d'Alais, adressées au chancellier Séguier, 1630—1648.
№ 75. Lettres originales de Baltazar, intendant pour le Roy en Languedoc, adressées au chsncellier de France, 1643— 1646.
№ 79. Lettres originales de M. du Bose, adressées au chancellier Séguier, 1643—1649,
№ 80. Lettres originales de François Bosquet, juge royale en Provence et Languedoc, puis evêque de Lodève et do Mont¬pellier, adressées au chancellier de France, 1643—1645.
№ 84. Lettres originales de Champigny, conseiller du Roy de France en se Conseil d'Etat et privé, chevalier, intendant de la justice, police et finances en la province et armée de Provence, 1637—1647.
№ 87. Lettres originales du duc d'Epernon, adressées au chancellier Séguier, 1643—1649.
JVs 93. Lettres originales du sieur de la Fosse au chanсellier Séguier, 1636—1645.
№ 107/1—III. Recueil de lettres originales des hommes illustres du XVIIme siècle pour servir à l'histoire, en trois port-feuilles, 1633-1669.
№ 108/1—II. Recueil de lettres d'affaires, de missives et autres pièces originales des différents parlements, capitouls et autres tribunaux de France, adressées au chancellier Sé¬guier, servant à l'histoire, 1633—1669.
№ 114/1—VI. Recueil de lettres originales de différentes per¬sonnes, employées dans les affaires d'Etat, adressées à M. de Séguier, chancellier de France, 1633—166

Как видно уже по заглавиям, все это — письма от различных провинциальных должностных лиц, особенно интендантов, и от различных провинциальных учреждений. Разные провинции представлены в переписке очень неравномерно — одни полнее, другие совсем бедно. Хронологически письма тоже крайне неравномерно распределяются по разным годам: за годы 1633—1637 переписка очень обильна, за годы 1638— 1642 — скудна, отрывочна, за годы 1643—1649 — снова очень полна, за годы 1650—1667 — опять представлена лишь разрозненными письмами. Следует отметить, что досадные пробелы за 1638—1642 гг. — годы очень важные для истории народных восстаний — в некоторой мере компенсируются тем фактом, что еще в 1842 г. нормандский историк А. Флоке извлек из той части архива Сегье, которая хранится в Национальной библиотеке в Париже, дело, посвященное восстанию «босоногих» (1639—1640), и опубликовал его. Однако несомненно, что в других делах за эти годы, хранящихся в Национальной библиотеке, содержится еще немало ценных сведений о народных восстаниях.

Разумеется, в письмах, адресованных канцлеру Сегье, речь вдет далеко не об одних восстаниях в провинциях. Читая всю эту массу разнообразнейшей корреспонденции, поступавшей к канцлеру с периферии, как бы погружаешься в скрытую от нескромных взоров будничную повседневную работу адми¬нистративной машины абсолютной монархии в те годы. Недаром Ровен де Траншер назвал всё это «les dessous de l’histoire». Здесь разнообразные личные и публичные дела, заботы, уведомления, просьбы смешаны в том первобытном хаосе, в каком отлагается подчас в архиве поток государственной жизни, пока властная рука историка не выделит из этого хаотического скопления документы и материалы, нужные для изучения отдельной проблемы. Многообразие государственных функций канцлера особенно усиливает синкретизм этого скопления бумаг в архиве Сегье. Чего тут только нет: парламентские ссоры и дрязги, закулисная история провинциальных Штатов, борьба провинциального судейства против учреждения новых, конкурирующих с прежними, судебных органов, домогательства и бесчинства военщины, соперничество интендантов с губернаторами, претензии и обиды церковных, муниципальных и иных властей, борьба гугенотов за политические права, урезанные «эдиктом милости», и еще многое, многое другое, не говоря о множестве отдельных судебных и административных казусов, личных ходатайств, рекомендаций и т. д.! Но именно этот синкретизм архива в известной мере и ценен для того, чтобы уяснить удельный вес проблемы народных восстаний среди прочих забот управления страной, возникавших перед французским абсолютистским государством. Перелистывая страницу за страницей бумаги Сегье, мы довольно часто наталкиваемся на сообщения или о каком-либо восстании, или о тяжелом положении народа, способном породить восстание, или, наконец, о репрессиях после восстания; иногда этому посвящены целые письма, иногда отдельные места в письмах другого содержания. Повседневная, ординарная, упорная борьба государственного аппарата, особенно местной администрации, с этим характерным явлением общественной жизни Франции той эпохи выступает тут очень наглядно. Достаточно сказать, что из перечисленных выше дел для настоящего исследования о народных восстаниях перед Фрондой извлечено и использовано около 10% всех документов,— процент огромный, если учесть все сказанное о характере этого скопления бумаг. Характерен и тон, который принимают письма, когда дело доходит до сообщений о восстаниях: исчезают обычные прикрасы, красноречивые и льстивые отступления, дело излагается весьма прямо и серьезно. Этот тон в известной мере показывает принятое среди высшего французского чиновничества отношение к такого рода фактам. Впрочем, не следует думать, что с мест писали канцлеру всю правду о восстаниях. Ведь провинциальная администрация отвечала За них, их ставили ей в вину как свидетельство нерадивости. Естественно, что, когда можно было, старались не выносить сор из избы и оставляли центральную власть в неведении о происшедших беспорядках. Повидимому, этим преимущественно следует объяснить отсутствие в бумагах Сегье упоминаний о немалом числе восстаний, ныне известных исторической науке по документам провинциальных архивов и другим источникам локального характера (зато, правда, в бумагах Сегье имеются сведения о некоторых восстаниях, совершенно неизвестных пока по каким-либо другим источникам). По той же причине общим правилом в этих письмах является скорее преуменьшение, чем преувеличение размеров восстания. Чаще всего то или инее восстание попадало в поле зрения канцлера Сегье в том случае, когда какие-либо местные власти, соперничая или враждуя друг с другом, спорили о юрисдикции или старались взвалить друг на друга вину. за восстание или за плохо организованное его подавление. Во всяком случае, поскольку в центр писали отнюдь не просто для информации, а лишь тогда, когда требовалось какое-либо решение правительства (присылка войск, отмена налога и пр.), нет причин подозревать авторов в раздувании опасности и своих заслуг: ходом дела они были бы разоблачены. Массовость и однородность информации также служат критерием ее истинности. Следует учитывать, что не только мы не располагаем полным архивом Сегье, но и в его полном архиве мы не нашли бы всех писем, приносивших ему из провинций из¬вестия о восстаниях. Есть прямые доказательства, что некоторые донесения такого рода, очевидно, прежде всего те, по которым требовалось принимать ответственные политические решения, Сегье показывал или пересылал Ришелье. Не всегда, очевидно, такие документы возвращались к канцлеру. Он мог передавать их и государственным секретарям, непосредственно ведавшим тема ила иными сторонами управления.

Канцлеру, как правило, направляли с мест лишь самую общую и краткую информацию о беспорядках, подробную же документацию — протоколы, судебные приговоры, списки арестованных и пр.— пересылали прямо тому из государственных секретарей, ведению которого это подлежало. В письмах к Сегье часто встречается указание, что подробные материалы о каком-либо восстании посланы государственному секретарю Ла Врильеру, лишь изредка канцлеру препровождается копия. Архив Ла Врильера послужил бы, следовательно, ценным дополнением к архиву Сегъе; похоже, что он сохранился и что именно таково происхождение упомянутых выше богатых источников о народных восстаниях, найденных историком Буассоннадом.
Но при всех минусах бумаги Сегье, хранящиеся в Отделе рукописей Публичной библиотеки в Ленинграде, являются первостепенным по своему значению фондом для изучения на-родных восстании в 30—40-хгсдах XVII в. Как сам канцлер Сегье, не углубляясь обычно в детали, имел всегда перед глазами общую картину состояния Франции в каждый данный момент,. в том числе общую картину народных движений и борьбы с ними, так и историку архив Сегье дает драгоценную возможность схватить именно ату общую картину и наметить для ряда лет довольно полно схему основных очагов восстаний,— привлекая уже для изучения каждого частного случая источники другого происхождения. Впрочем, о некоторых восстаниях, в виде исключения, имеются довольно обильные данные. Обычно же о каждом восстании говорится в одном-двух, редко трех письмах, так что подчас можно только констатировать самый факт восстания (revolte populaire, sedition, emeute etc.) и хорошо если уловить какие-либо обстоятельства "его подавления и наказания. Очень многие документы говорят о невыносимом материальном положении и бедствиях народных масс деревни и города; их важно было бы использовать со всей полнотой для характеристики социально-экономической почвы, на которой с неизбежностью возникали восстания, однако экономическая характеристика всех провинций Франции представляет необозримую задачу, и поэтому из множества документов этого рода автор привлек для своего исследования лишь часть, преимущественно те, которые непосредственно харак¬теризуют социально-экономическую обстановку накануне какого-либо определенного восстания, в частности несколько документов о состоянии Нормандии до и после восстания «босоногих», или же те, которые особенно ярки для иллюстративных целей. Очень ценны те письма, которые характеризуют и, так сказать, психологическую почву восстаний, т. е. сооб¬щают не о самих восстаниях, а о состоянии умов, об опасности, возможности, угрозе восстаний. Эти документы позволяют историку установить, что сами восстания были лишь частичными извержениями той лавы, которая под поверхностью, придавленная силами порядка, клокотала повсеместно и непрерывно, и все более грозно по мере приближения ко времени Фронды. Некоторые письма показывают попытки парламентской буржуазии опереться на народные движения. Что касается, наконец, писем, говорящих о народных движениях во время самой Фронды, то они лежат за хронологическими рамками настоящего исследования. Автор использовал лишь, кое-что из них в заключительной части «Проблема Фронды».

Желая не только утилизировать все эти неопубликованные документы для своего исследования, но и ввести их в научное обращение, автор, в «приложении» воспроизвел полностью или с сокращениями текст некоторого количества писем — наиболее значительных и по держанию и по объему. Тем самым здесь отпадает необходимость описания особенностей стиля, языка и орфографии этих документов. Достаточно сказать, что их язык и орфография, включая пунктуацию, делают совершенно очевидной и наглядной ту неотложную необходимость в упорядочении и унификации, которая побудила Ришелье к основанию Ака¬демии. Не только разные лица пишут одно и то же слово по-разному, но даже в одном я том же письме сплошь и рядом одно н то же слово пишется разными способами. В условиях этого полного разброда затруднительно определить, где кончается орфографический произвол и начинается просто недостаточная грамотность — явление довольно заурядное даже среди французского высшего чиновничества и знати в XVII. в. Столь же велико в XVII в. и разнообразие индивидуальных почерков. Расшифровка рукописей представляла подчас большие трудности. Автор приносит благодарность проф. А. Д. Люблинской, помощь которой в виде ценных палеографических консультаций содействовала его работе над рукописями.



Спасибо: 0 
Профиль
Amie du cardinal





Сообщение: 672
Настроение: радостное
Зарегистрирован: 18.03.09
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 9
ссылка на сообщение  Отправлено: 26.11.09 21:10. Заголовок: МАКСимка пишет: поя..


МАКСимка пишет:

 цитата:
появилась возможность разместить на форуме оригиналы из архива канцлера Сегье, часть которого находится в Петербурге.



Отлично! Это очень важная работа. Все, кто всерьез увлекается историей Франции, думаю, по достоинству оценят Ваш труд.

Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3078
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 26.11.09 22:13. Заголовок: Monsieur, la suite q..


Monsieur, la suite que japprehende d'une sedition quy s'est despuis peu esmeue en la ville de Dacqs contre les officiers de l'eslectlon des Lannes, m'a obligй d'en donner advis au Roy, et a vous Monsieur affin que par vostre prudence vous apportres s'il vous plaist les remedes necessaires pour empescher les effets d’ung si mauvais exemple. Le sieur Cartier vous fera si vous laves agreable entendre les circonstances de cette action quy vous feront ie masseure juger aussy bien que moy, qu'il est a craindre que la necessite extreme des peuples ne leur suscite quelques mauvais conseils. Je scay bien que les grandes et importantes affaires de Sa Ma[jes]te lobligent malgre elle de lever plus qu'elle ne desireroit sur ses subiels, mais ie vous puis asseurer que la misere eat si generale de tous castes, et dans toutes les conditions qu'il sest impossible s'il n'y a desormais du relaache que l'impuys-sanoe ne porte le peuple a quelque'dan g creuse resolution. Je ne doute point Monsieur que vous nayes beaucoup de douleur estant constitue dans la charge ou vous estes, de ne pouvoir faire ressentir aux subiets de Sa Ma[jes]te des effets de laflection que vous aves pour leur soulagement. Jespere que Dieu vous en donnera les moycnes, et que sous de si bons Ministres que sont ceux qui gouvernent maintenant l'Estat, les peuples auront moyen de respirer ung peu des miseres qui les pressent. Je vous bayse bien humblemet les mains et demeure de tout mon coeur, Monsieur, vostre humble et tres affectionne serviteur

J. Louis de La Valette
A Bord[eau]x le 26e juin 1633

Monseigneur, Monsieur de Lavrilliere m'a envoie une coppie d'un arrest olu conseil, par lequel il est inhibй au Parlement de recevoir aucune plainete contre ce qui a este faict aux commissions extraordinaires, ny esvoquer aucunes da ces procedures ou instances qui restent a juger. Je ne scay pas que le Parlement aie evoque des procedeures falotes en ces commissions concernant la rebellion, mais si ces commissaires ont cogneu des autres crimes ou mattiam ordinaires, comme ils ont faict de tout indifferemment, je ne crois pas qu'on trouve mauvais que les juges ordinaires, chascim en son ressort, achevent d'instruire ces procedures, et qu'a cet effect elles leur soient remises, et que le Parlement en cognoisse par appel, ainsy qu'il a accoustume. Le Roy aiant pardonne le crime de rebellion a tous, exceptes quelques partioulliere, on n'a guarde d'aller faire revivre ce que la bonte de sa Mageste veult estre esteinct. Mais quoy que ces commissions et ces proces de rebellion soient finis, il reste encores icy de ces commissaires...

Bertier de Montrave
A Tholoze le 22e juing 1633



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3079
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 26.11.09 23:20. Заголовок: Monseigneur, jay un ..


Monseigneur, jay un certain desplaisir de n'avoir sceu plus tost vous donner cog[noissan]ce de la sedition qui est arrivee en cette ville lundy dernier sur le suiet de l'etablissement d'un droit que le Roy a ordonne eslre leve par chascun an sur les cabaretiers. Le desordre a este sy extraord[inai] re en cette occurence qu'il estoit impossible de pouvoir prendre le temps ny de loisir de l'escrire. Vous a prend res toutes les particularites de cette sedition par les divers proces verbaus qui en seront envoiez tant de la part de nostre compagnie que du coste des juratz. Je vous raporteray seulement, Monseigneur, quelques circonstances, apres vous avoir marque en gros que l'archer qui faisoit led[it] establissement et un nomme Desaigues faisant profession de porter l'espee, qui s'est ingere de luy mesmes dans cette affaira sans avoir aucune charge dans la maison de ville, y ont este tous deux tues a diverses heures et en divers endrois, estantz soritis de lad[ite] maison de ville en habita deguises pour se sauver, deux ou trois autres y ont encores estй tues ayans estй pria pour des gabeleurs, comme aussy un nomme Emery commis a la recette dud[it] droit. Et il est remarquable que ceux qui ont fait la sedition n'ont rien pille ny vole et que mesmes aprиs avoir tuй led-[it] Emery en son logis ilz ont rendu jusques a une cuillоer dargent. Cette tourbe seditieuse, quoy qu'elle fust de plus de trois mil personnes, n'estoit pourtant composйe que de la plus basse partie du peuple. Apres qu'ilz se furent emparez de la maison de ville ilz firent venir devant eux les prisonniers et leurs prononcerent leur eslargissement avec deffences a eux de se plus laisser emprisoner. Ilz firent aussy demander la vie aux deux juratz quy estoient dans led[it] hostel de ville et un d'eus ayant son chapeau sur la teste, ilz luy dirent que la vie ne se demandait point en cette sorte et luy firent os er son chapeau, ilz leur firent en suitte mettre ieurs chaperons sur leurs espauies et les menerent en leurs logis ou les ayant mis ilz crieent plusieur fois Vive le Roy. On ma raporre quilx crioient de raesmes vive le Roy apres quilz avoient tuй quelqu'un de ceux quilz estimoient estre gabeleurs. Le lendemain qui estoit mardy ilz furent par la ville armes comme le jour precedant et crierent aussy diverses fois selon les occasions Vive le Roy, et plusieurs d'entr'eux disoient quilz pairoient a Sa Maieste tout ce qui luy plairroit leur imposer, pourveuquece ne fust point sur le vin. Ce malheur public procede de ce que les juratz n'ont point estй secourus des bourgeois comme ilz prйtendent. Ilz l'ont ainsy raporte au parlement, sur quoy nostre compagnie ayant depute aucuns de Messrs les presidens et confseillejrs pour aller par la ville assembler quelques bourgeois, lesd[ist] deputez ont confirme lu mesme chose et raporte quilz n'avaient trouve aucuns bourgeois, le lendemain mesmes allantz par la ville atroupes comme le jour precedant demandantz un arrest dabolition general le et qu'on fit ouvrir les portes de la ville ou quiis metroоent le feu partout. Les juratz et capitaines me raporterent au chaateau du Ha ou je m'estois retire quilz n'avoient peu trouver aucuns bourgeois pour s'oposer ausd[its] seditieux, ce que mesmes aucuns de Mess rs du parlement me confirmerent lesquels s'estoient mis en devoir d'en assembler. Nostre compagnie ayant este advertle que lesd[its] seditieux tenoient la maison de ville assiйgйe pensant par ce moien arrester la sedition donna arrest par lequel il estoit ordonne quil seroit surcis pour un mois sous le bon plaisir de Sa Maieste a lestablissement dud[it] droit, et que l'arrest seroit presantement publie a son de trompe. Le premier huissier estant alle vers ladite maison de ville pour faire publier led[it] arrest, il fust environe par plusieurs desd[its] seditieux lesquelz le desseudirent de son cheval et luy arrachent led[it] arrest, et lie l'ayant point trouve a leur goust le deschirerent et tuerent un jeune homme, qui tenoit le chapeau dud[it] premier huissier, disans quil aydoit aux gabe-laurs. Je demeiu-ay au palais ledit jour de lundy jusques a cinq heures de soir avec quelquesuns de Mrs du parlement affin de donner les ordres qui seroient juges necessaires sur les advis qui nous seroient aportes, mais ayant este adverty a lad[itej heure de cinq heures que lesd[its] seditieux estoieat dans Ihostel de ville et quilz disoient vouloir venir au palais pour se saisir de moy et de Constans jurt comme favorisans ledit establissement, je quitay led[it] palais et m'estant mis dans un carosse je me fis conduire aud[it] chasteau du Ha, ou je suis demeure jusques au mercredy matin, que je suis rentre avec Mrs da parlement au palais ou ayant raporte que j'avois escrit a Monsr dEspernon et luy avois donnй advis des le lundy aprea disnй de lad[ite] sedition et quil m'avoit envoie une mponce par son cap[itai]ne des gardes par laquelle il me mandoit ne pouvoir venir sy promptement tant a cause de son indisposi[ti]on qua pour ce qui! estoit peu acompagne, il fust a l'instant deliber eles chambres assemblees d'envoyer deux deputes vers ledfit] s[ieu]r d'Espernon pour le prier de vouloir venir promptement par lesperance que sa presance arresteroit le desordre. Suyvant cette priиre ledit s[ieu]r dEspernon estant venu jeudy dernier, il est dessendu dans la maison de ville ou a son entree il a destitue les juratz et leur a fait deffences de se plus immiscer en la fonction de leurs charges, jusques a зa que par Sa Maieste en ayt este autrement ordonne, et apres a donne tel ordre a оa ville que depuis son arrivee les seditieus sont demeures renfermes dans leurs maisons, de sorte que la ville paroist maintenant en repijs. Quand les choses seront entierement asseurees et quil ny aura plus rien a craindre le parlement ne manquera point de faire informer et de proceder au chastiement des coupables suyvant lea ordres qui luy en seront donnes par Sa Maiaste. Je contribueray soigneusement en ce rencontre tout ce qui dependra de moy nonobstant le peril que j'aj couru et vous feray paroistre dans les occasions ou vous m'honoreres de vos commandemens que je suis, Monseigneur, v[ot]re tresliumble et obeissant serviteur

Aguesseau
A Bourdeaux ce 20 may 1635



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3080
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 27.11.09 00:19. Заголовок: Monseigneur, depuis ..


Monseigneur, depuis m'estre done l'honneur de vous escrire le 24 de ce mois il a este advise entre Monsieur le duc d'Espernon et MM des Deputez du Parlement de fayre le plus prompt et exemplaire chastiment des chefs de la sйdition de ceste ville guil se pourra avec seurete. Mais parce que ceste ville est au pouvoir des habitants de l'affection desquels on ne se peult entierement asseurer, et que la populace y menace et dans la campagne de sesoub-lever lors que l'on entreprendra d'en arrester quelqu'un, il a este trouve bon pour ne point bazarder l'authortte du Roy et soubz son bon plaisir de prier Monsieur le duc d'Espernon d'appeller eu ce voysinage sa compagnie de gensdarmes, et dans la ville le plus grand nombre qu'il se pourra de gentilshommes, ou mesme des soldats de ses troupes dans le chasteau,a quoy il auroit desia este travaille plus efficacement sans ce que depuis deux jours Monsieur dEspernon a heu une petite rechute de fiebvre de laquelle neantmoins il se porte mieux aujourdhui. Jay creu Monseigneur ne vous pouvoir doner une meilleure relation des choses qui se sont passees icy avant mon arrivee que par la copie que je vous envoye du registre de la maison de ville, dont j'en ay adresse aussy l'extrait signe du greffier a Monsieur de la Vrilliere. Je joints aussy Monseigneur un memoire de cequeie puis juger sur les choses differentes qui se disent par lea ungs et par les autres, duquel memoire pourtant ie serai tres-marry gue nul d'entre eux eust cognois-sance, oultre que par ce qu'ils ea auront peu representer pardela ou ce qui sen recoignoistra cyapres il pourra y avoir liftu d'en juger aultrement... J'estime Monseigneur que l'on aura loisir de le recevoir avant qu'estre en estвt de rien executer pour le chastiment de ceste sedition lequel doibt par necessite astre faiet rigoureusement. Mais il importe qu'en inesme temps les esprits de ceux qui restent soient asseurez pur «ne abolition et possible surceance ou revocation de ce droict des eabaretiers, et encore d'ung autre dont on parle sur les baptistaires mariages et mortuaires, ce qui est icy tresmal veu...

Verthamon
A Bordeaux, 28 mai 1635

Monseigneur, il y a neuf iours que lesmotion de la ville d'Agen noua fit quiter lexercice de nos charges et prendre les armes pour maintenir lau-thorite du Roy et empescber la continuation des maux qui se faisaient. Graces a Dieu cest orage a calmй et aujourdhuy nous avons reprins nostre fonction et avons ouvert laudience. Il nous a fallu exposer une infinite de fois a la rage des plus felons, mais parmy touts ces pйrils Dieu nous a preserves parcaqu'il a veu le fonds da nos coeurs et que nos intentions navoient autre but que le service du Roy. Nous implorons son secours Monseigneur et nous supplions de cous apporter pres de Sa Maies te. Pour raoy je vous rendray toute ma vie touts les respets et debvoirs ausquels se recognoit oblige, Monseigneur, Vostre etc...

Dubernet
[Agen 25 juin 1635]

Monseigneur, la sedition qui arriva a Bourdeaux le 14-e may, frappa presque en mesme temps les esprits du peuple, qui babitte le long de la riviere de Garonne, jusques aux portes de ceste ville, comme par ung mesme coup de tonnerre. Le Parlement deputta quant et quand des Commissaires par touttes les villes—a Auvillar, a Montesch, a CasteIsarrazin, a Moyssac, a Lectoure, a Beaumont, a Auch, ou partout il y avoit grand dйsordre. Par le dernier courrier, et par celuy cy, j'ay envoy ea M-r de la Vrilliere la pluspart des proceddures qui en ont este faictes, et elles ont reussy sy heureusement, que touts'est appaise, et lepeuplen'a ny tuй, ny brusle dedans nostre ressort, comme dans celluy du Parlement de Bourdeaux, qui est a nostre voysinage. En mesme temps, la nouvelle vint qu'il y avoit eu quelque esmeute a Narboinne: les esprits sont bien aussy mallades en ce paies la; M-r de Long conseiller (la procedure duquel j'envoie aussy a M-r de La Vrilliere par ce courrier) y feust deputte. Et le plus souverain remede qu'on aie pu trouver pour guйrir tous ces peuples, et prevenir le mal qui menaзoit ceste ville, a estй un arrest, que le Parlement feustcontrainct de donner le 21-e may, par lequel il ordonne tres humbles remonstrances estre taietes a Sa Majeste, et cependant, soubz son bon plaisir, qu'il sera surcis a quelques commissions extraordinaires, qui ne sont pas de grande importance. J'ay apris Monseigneur que cest arrest avoit este receu a la Cour avec indignation,—ce qui me faict voua supplier treshumhlement, qu'apres avoir considere la necessite qui nous l'a faict faire, et le bien quil a apporte, mesme a ceste ville, l'exemple de laquelle tout le Languedoc, le Dauphine, et la Provence suyvent, il vous plaise aussy remarquer, que l'ordonne de cest arrest qu'on blasme, est aux termes les plus respectueux qu'on puisse trouver et suivant l'usage du Parlement...

Bertier de Montrave
A Toulouse, 26 juin 1635



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3088
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 28.11.09 00:50. Заголовок: Monseigneur, je vous..


Monseigneur, je vous donay compte y a buict iours de l'emotion survenue en cete ville le 17 de ce mois et ce qui s'estoit passe le lendemain que toutes choses sembloient s'estre calmees, Jay beaucoup de deplaisir d'estre obligйde vous escrire ce qui s'est passe du depuis, qui est que le 19 sur le midi le Maire me vint fayre plainte qu'aucun du menu peuple conimen-зoient a sattroupper de rechef et quil estoit resolu de se porter sur la place publique pour les chstier. Je luy conseillay Monseigneur dagir en cete occurrance d'un commun advisdu juge criminel et de l'advocat du Roy de Montanaon qui lors eatoient les plus aucto[rises] a fin d'unir par ce moyen tous les partis de la ville, et que par mon advis il n'useroit d'aucune violence quiln'eust adverti lea bourgeois d'estre prest pourlassister en cas de besoin, je ne acay pas sil eut le temps d'user de toutes ces prйcautions, bien ma il este asseure que s'estant portй en ladif place il ne frappa persone bien quil luy fust faict de grandes indignitйs iusque a luy oster son chapueron. Mais son clerc ayant frappй de coup de baston l'un de ces gens la, sa plainte esleva cete populace si haultement qu'a l'instant tout la ville Tut en armes et ce que peult favre celuy qui avoit frappe fut de se retirer en sa maison et le Maire se rendit peu apres en la mienne; l'ai larme de la ville m'ayant faict sortir en mon quartier, Monseigneur, ie rencontray celuy qui avolt este frappe qui m'en venoit faire plainte lequel iessayay d'adoucir, maпs corne lesmo-tion continuoit ie chargeay les cap[itai]nea des quartiers et lea principaux habitants de s'employer a calmer les choses et en ma maison ie feis embrasser le Maire avec le fils du Juge crirninel nommй le s[ieu]r de Vigos fort acredite entre ce menu peuple, lesquels «voient heu ensemble quelques parolles sur la place. Ce pendant Monseigneur cete populace ayant investi la maison de ce clerc du Maire qui avoit frappe, Monsieur de Campagnar second president cap[itai]ne du quar[ti]er neut pas moyen de fayre autre chose pour luy que d'erapescher quil ne fust tue sur le champ et le mener en prisons de la maison de ville ou il feit corps de garde pour empescher que le peuple ne l'en vint tirer, corne par effect presque de tous les qua[rti]ers de la ville la populace s'y assembla voulant voir le prisonier quils disoient que l'on avoit faict evader et le fayre punir sur le champ.
Quelques heures apres Monseigneur la pluspart de ce menu peuple se rendit aux advenues de ma maison ou quattre deputes d'en Ire eux me porterent parolle quil ne poseroient point les armes quil n 'eussent crea un nouveau Maire et des consuls, que l'on neust iuge le prisonier et que le s[ieu]r Jay ou d'Astran lieutenant particulier quil ne recognoissoient plus pour Maire se fust presente a leur teste avec sa livree. Je leur representay Monseigneur que cete derniere demande sembloit contraire a la premiere n'ayant point a desirer de voir a leur teste celuy quils disoient ne vouloir plus recog-noistre, que l'en feroit iustice du prisonier mais que pfour] cela il fallolt les formes ordinaires et a cet effecc ie commetois le juge criminel et M[on-sieu]r Martin Con[seill]er nepveu du defunct Evesque qui leur sont persanes agreables. Et quant a la nomination d'un nouveau Maire quils debvoient prendre garde que Je temps quil doibt demeurer par leurs statuts et privileges n'estant pas expire ce seroit les esbrecher en quelque sorte, mais que Monsieur de Bourdeillea seroit icy dans peu d'heures ferme en effect ie luy avois escript de rochef par un Con[seill]er du siege et un consul de la ville,, et que lors l'auctorite du Maire ne seroit plus a compter pour rien, et que mesme des a present par le pouvoir de ma com[missi]on il m'appartenoit de commander aux Maire et consuls de sorte que quand leurs persones ne seroient point agreables le peuple n'avoit point a s'en empescner. Cete derniere consideration Monseigneur feit quelque effect et les s[ieujrs juge cri-mine] ei Martin la mesnagerent en sorte quils feirent entendre que l'on me recognoistroit au lieu du Maire avec la livrйe de quoy l'en eust envoje prendre entiиre asseurance es quar[ti]«rs de la ville qui estoient barricades et en la place du consulat pres les prisons si pendant ce retardement on n'eust apprehende quelque mauvais effect. Je partis donc de ma maison Monseigneur accompagne de Monsieur de Bourgues des dessus et suivi ds toute cote popuiace en armes, et ayant pris la livree de Maire ie passay par toutes les barricades places et rues de la ville, on me nommants du commencement pour Maire avec les cris de Vive le Boy je feis que du depuis il me nommerent seulement intendant de la iustrice qui commande au Maire, et en cete action ils me douerent toutes marques d'amitie sans avoir peu me defendre d'embrasser presque tous ceux et celfes qui se rencontraient, quoy qu'aucuns m'advertissent aussy que si je leur manquois ils me ioueroient mauvais parti, et tous me feirent esperer de quitter les firmes eo rompre les barricades, corne par effect Monseigneur passant une seconde fois ie trou-vay tout le monde retirй fors que vers la place du consulat ledit ad[vo]cat du Roy Montanson qui y eommandoil l'une des conipaignies de la ville a la garde des prisons nous vint advertir que n'ayant peu estre maistre de sa compaignie meslee de gens de peu ils ave ient desia rompu une partie des portes aes prisons et vouloient se venger sur le prisonier lequel des le commencement on avoit effert de leur fayre voir es grilles de la fenestre pour nen quils permissent de le point tirer. Lors que i'arrivay Monseigneur la prison estait desia rompue et le peuple entrait pesle mesle, de sorte que la livree nestant pas veue ny recogneu ie montay avec autres qui in'accompagnoient en la feoestre d'un premier etage regardant sur ce peuple et luy parlant pour essayer de l'arrester, et le juge criminel sefforca d'entrer pour interroger le prisonier et contenter un chacun. Mais tout fut en vain et a linstant le corps de garde dans la prison commande par ie president ayant este force, ce peuple tira le prisonier qui fut massacre et iette dans le puits, ce qui nous feit retirer ne pouvant empescher cete fureur. Cecy arriva Monseigneur environ sur les 3 a 4 heures de Mardy dernier ec presque a l'instant mesme le peuple s'estant retirй. Sur le soir retornant en ma maison de la reveue de la ville ie trouvay que l'on y ayoit menй deux chevauп de poste dont le postillon estait blesse, et le courrier gentilhome de Mons[ierJ le Marquis de la Douse ne se trouvoit point mais bien son chapeau percee de deux mousquetades-es une petite vailise dans laq[ue]lle escient ses depeches de ia court et quelque argent du Roy dont ie chargeay le s[ieur] Baudon Bsleu qui les avoi conduits depuis ia porte de ia ville. On sceut Monseigneur [gue] ce pauvre gentilhome nomme Monsieur] de Lasenar avoit este pris pour gabelleur
par ies habitants du faulxbourg qui le voyaient prendre оe travers des champs n'ayant pas voulu se nommer a ce que l'on dict et ayant tirй, il fut aussy lire sur luy et tumba par terre, dont s'estant releve il se sauvoit desia sur la montagne siles paysans ne l'y eussent achevй. Je donay compta de tout cecy a Monsieur de Bourdeilies leconjuran de venier, sa sante et les remedes ne luy ayant pas permis de ie pouvoir encor ce iour la. Mais ie lendemain Mercredy il arriva icy sur le soir, et depuis ce temps Ja les choses ont este asses calmes Dieu mercy. Jay seulement a voua adjouster Moseigneur que le matia avant l'arrive de Monsieur de Bourdeilies les habitants du оauxbourg nous amenиrent un posant de ceux qui avoient assiste a la mort du gentil-home de Monsieur le Marquis de le Douse ne voulant pas approuver cete mauvaise aetioa, et l'ayant faict constituer prisonier il fut, interrogй par le juge criminel et raconta tout, raesme corne l'on avoit laboureifiur le champ oulecorpavoitestй enterre pour en osteriacognoissance. Mais re lendemain le peuple ayant menace de venir forcer les prisons ie sceus que Monsieur de Bourdeilies les luy avoit faict ouvrir pour ne point susciter une nouvelle esmotion. J'avois pense Monseigneur me retirer de ceta ville depuis l'arrivee de Monsieur de Bourdeilies qui l'avoit trouve bon, pour en quelque maison de la campagne parachever Monsieur de liourgues et moy et aucuns des Elues avec plus de tranquiliete le departement des tailles. Mais le jeudy il me fut tesmoigne si ardemment au nom du peuple que l'on desiroit me retenir en cete ville quoy que de present iy agisse fort peu, ijuil ne fut pas en mon pouvoir de le leur refuser, et craindrois que ce fust chose inutile de vous tesmoigner les marques de contentement quils me douerent et quelques autres circonstances sur ce subiect, de sorte que depuis nous avons continue Monsieur de Bourgues et moy nostre com[missi]on quoy que de veriiйavec quelques aultres allarmes, la premiere sur ce que la nuict du Vend-redy on se figura que ie voulois sortir de la ville sur quoy un Confseilljer du siиge qui commandoit en la garde de ma maison se saisit sur le miiiuict a mon deseeu de quelques portes que ie n'avois point accoustume de fayre garder, apres quil m'en eust faict satisfaction et que ieus fais sortir ces gardes de leurs postes il les y feis par apres remettre de mon auctorite pour leur lever tous ombrages, oultre que cete mesme nuict iavois trouvй moyen de fayre sortir le Maire de la ville et le procureur Salleston sur les persones desquels indubitablement on eust attente, mais avec outrage contre l'auctorite du Roy, et crime irremissible pour cete pauvre ville ou il y a heu peine et peril de les conserver depuis la premiere esmeute. Une autre allarme fut donnee la nuict suyvante sur un fort petit subiect de quelques chevaux qui s'estoient veus hors la ville qui feirent tirer la sentinelle d'un fort et battre le baffroy des fauxbourges et de ia cite. Les nuicts depuis la S[ain]t Jehan nous estoient plus suspectes a cause de quelques desbauches particulieres du menu peuple pendant toute cete sepmaine. Mais il ny a lieu autre chose sinon que cete aprиs disnйe un des habitants a veu Monsieur de Bourdeilies accompagne de 100 ou 120 de ces gents la pour luy demander de continuer les gardes par compaignies entieres quil a depuis reduites a petit nombre sans battre tambour, le changement des Maire et consuls et des cap[itai]nes de la ville a cause que depuis ces nouveaute ils ont pour suspect le president l'un diceux pour avoir la Mairie en son pouvoir et y avoir mis le Maire de present. Et encore la famille des s[ieur]s de Montanson desauctcrises depuis peu de iour pour avoir faict sortir publiquement l'Eleu Monteil qui estoit suspect, оe mesme ma veu seul sur ce soir pour les mesmes articles, et encor un autre particulier sur ce quils ont eu lesprit dabattre le May qui est au devant de la maison du Maire. Jay laisse ce premier a pea pres persuade Monseigneur de se contenter des gardes qui se font de prйsent pour ne point desturner ce peuple de son travail ou nous espйrons quil sera bien tost appelle par les mestieres et seulement pour contenter !eur pensee de la surete de la ville on pourra murer quelques portes dicelle qui n 'ouvrent point de present. Pour le changement des Maire et consuls ie leur ay faict esperer quil y seroit pourveu a la S[aini] Martin prochaine et que par un arrest du conseil on pour-roit reparer quelque innovation qui y avoit este faicte par arrest au parle-[raent] avec peu de succes, et en cela il peult y avoir raison, mesme pour estre lentiere disposition du consulat a une Damoпselle bellemere du president qui seule le tient en son pouvoir, et cependant que l'on rappeleroit de Bourdeaux le speujr consul qui ne leur est pas dйsagreable et qui mesme pourra suyvre les conseils dudit president ancien Maire, et dess s[ieur]s juge criminel et Martin Con[seill]er qui sont les persones esquelles ils ont phisdb creances, [jour les Cap[itai]nes que ny ayant point a fayre de faction, ord[inai]re il ne sy doihvent pas arrester,oultre que l'on ne les peult pas destituer sans subjecte et que la choie n'en pourroit pas appartenir au peuple. Les expedients Monseigneur se trouvent aussy dans l'approbation do Monsieur de Bourdeilles, de sorte quil nous restera de les suyvre pourveu que l'on ne desire point quelque chose de nouveau. Car pour le May iay faict comprendre a celuy qui m'a veu que le maistre estant absent de sa maison ce luy est piustost un ramentevoir de deshзmeur entre ceux que de dignite, oultre que Monsieur] de Bourgue y logeant il pouvoit trouver mauvais si on le luy os-toit, sur quoy ce pauvre home ayan t desire que les armes de Monsieur de Bour-gues y fussent mises et iuy ayant dict que nous n'avions point de peintre a nostre suite ce luy a estй un subject de se contenter. Vous voyes Monseigneur quelle sorte de negociations il nous fauli avoir pour empescher la combustion de cete ville, il y a desia quelque ioursque Monsieurde Bourdeilles s'en rebute mesme dans l'incommodite de sa persone et de ce sejour. Mais il se laisse vaincre de iour a aulftjre a ]a necessite de sa prйsence pour le bien de service du Roy et tranquillite de cete ville, et si nous pouvons obtenir le semblable de luy pour toute cete sepmaine de desbauclie il y aura en apparence moins de peril pour le reste quoy que de verite on ne se puisse de rien asseurer. Je souhailte Monseigneur quil' plaise au Roy luy tesmoigner gre de la violence quil sest faiete sur luy mesme, et de ce quil aura a plaisir quil Continue en pareilles occurences d'auitant plus quil se trouve cjuil ne reзoit aucuns appointements ny pensions lesquels toutesfois iescrois dire кtre une despense asses utile en cete conjoncture de temps pour ses anciens services, et pour beaucoup de dйpendances que plus[ieur]s gentilsh ornes et peuples de ce paya oot de luy. Je ne doubte point Monseigneur que vous u 'ayes daiile-[ur]s les advis des esmotions de plus[ieu]rs autres villes de la province corne d 'Auch, Leytoure, Moissac, Nerac, Condom, Saint Fort, le Port Sainte Marie et Agen dont deux paysants de Limosin laisserent icy la nouvelle en passant des le lendemain. J'ose vous proposer de rechef Monseigneur sil ne seroit point necessaire de dйtromper les peuples par une declaration g[e]n[e]rale a toute cete province pour la revocation de i'edict des cabaretiers qui a portй le feu par tout et parmy les gents moins senses plus desesperes et qui ont le moins a perdre, corne sussy du sol pour feu, des registres de baplistaires, mariages et mortuaires et autres semblables sil y en a. J 'avois faict extraire de la derniere lettre et manifeste de S[a] M[ajestc] certaines causes pour les publier a mesme fin. Mais ils veulent une dйclaration expresse, et aucunes ont heu crainte que la seule considйration d'une affiche des clauses de cete lettre les mist en plus mauvaise humeur. Il a passe par mes mains Monseigneur plus[ieur]s dйclarations du Roy Charles V, qui se .sont publiees autrefois et ont heu bon effect en cete nrovince pour les fayre cognoistre les bonnes intentions du Roy en les tirant du joug d'Angleterre. Et sil vous plairoit attendent cete declaration generale en envoyer une pour cete ville de Perigueux ou pour aultres villes le nom en blanc on les mesnageroit pour s'en servir es occasions. Mais ie crains Monseigneur de tumber au mesme inconvenient que i'apprehende souvent de me trop ingerer, le zel sans mesure que iay au service de S[a] M[ajeste] me faict passer les bornes pour proposer
possible trop facilement ce quil ma veint en lesprit y pouvoir servir. Monsieur de Bourdeilles partant d'icy je ne pourray pas y demeurer pour plusieurs] respects le principal que l'y serois inutile lors que monsieur de Bourdeilles ny iugera plus sa presence necessaire. Je vous en douera y co[mpt]e pour lors Monseigneur et pourray bien vous susplier treshumblement de me permettre de pouvoir me rendre prиs de vous, avant m'engager c[omm]e ie pensois au voyage de. Fois et en plusieurs] petites com[nmnejs de la jusque a Bayone dont ie vois que la saison n'est ^as fort commode. Cependant ie demeure treshumblement tout ma vie, Monseigneur, v[ost]re treshumble tresobeissaut et tresoblige serviteur

Verthamont

A Perigueux 26 juin 1635

Monseigneur, en formant ma le[tt]re iapprcrids que cete riuict on a brusles la porte et le colombier de la maison du s[ieu]r Salleton en la cite, c[omm]e des hier on avoit commence de gaster ses pres et son jardin. Je ne puis assez rendre de tesraoignage a Monsieur de Bourgues de son courage, generosite et charite en toutes ces occurences. M[onsieu]rle jugemage se retira des Mardy au soir sur ladvis quil eust d'estre suspect.


Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3099
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 30.11.09 20:20. Заголовок: Monseigneur, un des ..


Monseigneur, un des premiers soubslevements qui ont pareu dans nostre ressort ayant commense par certains habitons de la ville de Lusex qui est ufie de plus fortes du pais nous aurions estime quil y faloit pourvoir avec diligense et a ces fins le juge criminel et vicenescbal la estent portes. Estents au passage de la riviere au port de Lusex ils auroint este repousses a coups de mousquets par ces mutins, et parceque il importait de reprimer ces emo¬tions, pour avoir main forte les d[its] seiurs aurointdemende du secours a Monsieur le compte de Cabmes nostre seneschal et ans consuls de ceste ville lesquels leur auroit envouye grand nombre d'habitons de Cahors bien armes qui ayant marche toute la nuit ariverent a Lusex a la pointe du jour ou ils auroint passй la riviere de Lot qui environne la d[ite] ville au que qui est au dessoubs du moulin avec grande difficulte, et apres avoir gaignie le porl seroiiit montes a la ville et se seroint saisis des portes et forteresses dicelle, et les seditieus effrayes se seroint sauves a la fuite ny ayant eu moien den prendre que deus ou trois lun des quels sestent trouve le chef de ceste sedition a este execute a mort, de quoy Monseigneur nous navons pas vouleu masquer de donner advis a vostre grandeur et de vous envouyer le verbail sur ce faict pour voua tesmognier ie seing et le zele que nous avons au service du Roy et de maintenir ses subiets a son obeissense, niais parceque nos mains se sont affaiblies par le retrenchement du puuvoir quon nous a oste pour le donner a Montauban nous supplions tresbumblement vostre grendeur de le vouloir fortifier affin que nous puissions nous acquiter plus dignement de nos charges et rendre au public les services que nous debvons. Noua attendons ceste grace de vous Monseigneur qui est une de plus puissentes colomnes de lestat que nous tacherons de meriter par les veus continuels que nous ferons pour vostre prosperite et par lobeissense et respect que nous vous rendons en qualite de, Monseigneur, vos tres humbles et tres obeissents serviteurs les magistrats presidiaius de Quercy

de Cahors ce 1 daoust 1635


Monsigneur, si je ne scavois combien vos heures sont pretieuses a la France, j'aures tant de choses a vous representer sur le faict du sol pour livre que Ion veult establir a Amiens qu'une lettre seroit ou trop courte, ou trop ennuieuse. Cest ce gui me faict vous supplier d'avoir agreable que pour le present je vous dise seulement que selon la conuoissanee particuliere que j'ay de l'extresme misere de ce peupie et des mouvements estrange quelle excite dans les esprits jeslime du service du Roy que si la necessite des affaires veult que Ion establlsse ce droit, au moins on le differe en une saison plus favorable, et ou l'esloignement des maulx que trois annees de peste, et la guerre a causes dans ceste ville, rendent celuy de cest impost moins sensible a ceux qui accables des douleurs precedentes sont presqu'incapables de souffrir l'effort de ceste derniere, la seule apprehension de ce droit aiant desja faict cesser la moitie du eemmerce et reduict plus de trois mille ouvriers et entr'iceux plusieurs a la mendicite et a la mort. Je le dicts Monsigneurparcoque je l'ay veu. Au moins fauldroit il avant de passer oultre aprиs avcir entendu les deputes de la ville les renvoier pour faire conoistre au peuple les intentions de Sa Maj[es]te et disposer les esprits a un'obeissance que Ion persuade difficilement a des estomactes fameliques et que l'extremite de la pauvrete a rendue deraisnables.
Ce sont les souhaits cles plus senses bourgeois et de tout le corps de ville qui ne respirants qu'un 'obeissan[e]e aveugle aux volontes du Roy ne craignent oas cest establishment par la consideration des pertes quils soufrircnt, mais par celle du deplaisir quils auraient si ne pouvans regir ceste multitude insnesee elle venait a faire quelqu'action qui despпust a Sa Maj[es]te.
J'ay pris la hardiesse d'en escrire a Monsigneur seulement sachant que comme vous estes chef de la justice vous laimes plusqu'aulctin autre et que ne le trouveres mauvais de la part, Monsigneur, de vostre tres humble tresobeissant et tresoblige serviteur

De Noyer
d'Amiens ce 9e jan[vi]er [1636]




Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3106
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 01.12.09 23:47. Заголовок: Monseigneur, je ne d..


Monseigneur, je ne doubte point que Vous n'ayes sceu par las despesches de Monsieur de Soubran lieutenant de Monsieur de Brassac dans la ville et daas le cbasteau d'Angoulesme, comme quoy despuis deux moisen ca les paysans et villageois des cnagtellanies de Barbesieux, etalais, Montmoreau, Blanzac et autres partie de Xaintonge et partie d'Angoumois s'estant sousleves, ils avoient este aucunement dissipes par le soing et bon ordre qu'y avoоt apporte Monsieur de Soubran, tellement qu'estant arrive mardi dernier en ceste ville d'Angoulesme, pour y commencer l'execution des commissions qu'il Vous a pieu me faire la faveur de me donner, i'y aurois treuve asses de tranquillite et de bonne opinion de mes procedures pour y travailler. Mais m'estant a ceste fin addresse a Mrs le doyen de l'eglise cathedrale personage de singuliere recommendation dans la province, le lie-tenant general au presidial et le maire de la ville affin de leurexposer ma charge et leur demender des tesniina intelligens et fideles, il seroit advenu que vendredy dernier sixieme du mois courant les habitans de la cnastella-nie de Blanzac distante d'Ang[oules]me de trois lieues de Poitou se seroient remis sur pied au nombre d'environ quatre mille hommes armes d'arquebuse ot de piques et distribues en douze ou quinze compagnies conduittes par leurs curйs, tous lesquels marchans en bon ordre au son de quelques fifres et violons par faute de tambours se seraient rendus eu la ville de Blanzac ou la foire se tenoit avec une clameur et des menaces confuses contre la vie de tous les gabeleurs entendant par ce mot comprendre tous les collecteurs des droits de sa Majeste a l'exeptпon de la taille, taillon et creuл des garnisons qu 'ilz disent estre prests de payer, voire de porter iusques dans la ville de Paris. Dans leurs fureur ilz arresterent tunmltuairemeut un homme accuse par eux d'avoir dit cu'ilz se seraient tous pendus, et luy ayant sur le champ confronte deux tesmoins qu'ils disent avoir ouп ces paroles, et les tesmoins n 'ayant pas persevere, ilz auraient laissй cest homme sans luy faire aucun mal, mais incontinant en voyant passer ua autre, chirurgien de la ville de Bergerac, ilz l'auraient arreste et fouille, et l'ayant treuve charge de quelques lettres, dans l'une desquelles escripte par un gentilhomme d'Angoumois a un de Xaintonge il estoit parle de Monsieur le comte de Jonzae lieutenant de Roy en ces quartiers, blasme par eux de favoriser lesd[its] gabeleurs, ilz auraient descnire et mis en pieces ce pauvre chirurgien avec une telle rage qu'apres l'avoir mis tout nud et luy avoir couppй un bras ilz luy auraient fait faire un tour de foire, et puis auraient paracheve de le tuer. Ce qu'estant venu a la cognoissance de ces messieurs desquels ie demandais la direction pour ia faзon de mes informations ilz me seraient venu dire que quelque intervalle que la rage populaire semblast avoir, neantmoins elle estoit si grande que tout ce que procedoit de Messeigneurs du Conceil l'irritoit, et que de faict sur la cognoissance de ma commission que les plus honestes gens des chastellanies auraient tasche d'interpreter au soulagement public chasq'un dans son destroit, on crioit que le Roy y a voit bien esguard aux pertes pretendues par les fermiers et gabeleurs, ainsi les appellent ilz, mais non point aux miseres du peuple. Joint que m'y estant ordonne d'informer des rebellions et esmutions populaires, il n 'y a aucun officier des ehas-tellanies qui ose venir deposer pardevant moy de crainte d'offenser ces furieux, ny njesmes aucuns habitans de lad. ville d'Ang[oulesme] pour n'exposer pas leurs maisons des champs aux embrasement et pilleries. Et pour ceste raison m 'ont lesd. sieurs conseill ede surceoir l'execution de mad[ite] commission.

De ma part Monseigneur ie me ressens obligй de Vous faire entendre-que touttes ces chastellanies esmeues sont voisines et atlachees au paпs bour-delois avec lequel oa asseure qu'elles ont une tresgrande correspondance. Que parmi les laboureurs esmeus il y a une infinite de gens qui ont d 'autresfois porte les armes pondant les diverses attaques de La Rochelle. Et que dans le grand desordre de ceste canaille, il y a quelque dangereux ordre, comme de faire faire l'exercice a leurs trouppes, de s'assembler a un certain mot du guet, et d'exciter leurs voisins par certains emissares a entrer dans leurs revoltes et de se munir d'armes et de poudres.

De telle sorte Monseigneur qu'il ne faut plus esperer de guairir ceste maladie par des remedes palliatifs, dont l'insolence du peuple se moque, ny par l'opposition d'une force foible qui ne fait qu'eschauffer l'audace des mutins, comme on a remarque ici apres les nouvelles de la levee des cent uarrabins du prevost de Xaintonge. Mais il semble que les affaires de Sa Majeste ue luy pouvant pas permettre de remettre quant a present les impositions dont on se plaint, il soil necessaire de faire reluire puissamment l'an-tuorite, autrement et a faute dequoy il ne faut point doubter que le mal ne s'augmente.

Ce n'est pas Monseigneur que selon mes inclinations naturelles ie ne sois touche d'une tresgrande compassion en voyant les pauvretes extraordinaires des peuples. Mais par les considйrations du service du Roy, et de sa police, ie tiens que c'est avoir veritablement pitie d'eux, que de les remettre en repos par les moyens qui restent.

Quant a la ville d'Ang[oules]me Vous pouves Vous ressouvenir, Monseigneur, qu'elle est forte d'assiette et enceinte de fort bonnes murailles, lit le Vous diray que mond[it]sieur de Soubran est si vigilant et si genereux, et par sa bonne conduitte en tient les habitans dans un si bon train de vie, qu 'il y a une tresgrande seurete. C 'est pourquoy ie m'y tiendray renferme sans rien entreprendre touchant madjitej commission iusques a ce que Vous m'ayes fait l'honneur de me faire soavoir Vostre sentiment par l'un de Vus secretaires a quoy iobeiray tousiours tres volontiers au peril de ma vie, comme estant inviolablement, Monseigneur, vostre treshumble tresobeis'sant et iresoblige serviteur

La Fosse

d'Angoulesme ce 9 juin 1636


Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3111
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 02.12.09 23:44. Заголовок: Monseigneur, par la ..


Monseigneur, par la derniere despesche que j'ay eu l'honneur de Vous faire, ie Vous ay donne advis de la convocation de la commune au bourg de la Couronne pour le vingtqua tries me du mois courant Maintenant ie Vous diray ce qui s'est faict en suitte, et comme quoy la foire estant lesd. iour aucl. lieu, les habitans de dix ou douze paroisses de la chastellanie de Villebois autrement dicte La Valette, et d'environ vingt autres circonvoisines s'y seroient rendus au nombre de neuf ou dix mille hommes armes de mousquets, piques, faux et fourches de fer, et d 'abord auroient faicte quatre barricades aux quatre principalles advenues dud. bourg, a la garde de chasq'uiie desquelles ilz auroient laisse trois cens hommes; et puis ilz auroient forme trois ou quatre bataillons dans un grand pr equi est au milieu dud. bourg, ou ilz auraient sejourne iusques a quatre heures appres midi sans faire autre mal sinon qu'il y a fut tue un artisan d'Angoulesme d'un coup de pistollet (aucune disent pour ane querelle particuliere, autres pour avoir indiscretteinent use du mot de Croquant en presence de quelquesuns do l'assemblee), et qu'en se retirant un sergent de la compagnie de la paroisse de Sainct Etienne en la chastellanie de Chasteauneuf tua d'un coup d'halebarde au travers du corps un soldat de lad. compagnie qui ne guardoit pas son rang et pechoit contre la discipline militaire. Il est vray Monseigneur que ces mutins font aujourd'hui une grande conference pour envoyer des dйputes vers Sa Majeste affin de demender abolition de toul ce qui s'est passй et revocation des impositions. Mais ce nonobstant Hz ne laissent pas de parler et agir insolemment et diversement selon les diverses chastellanies; la pluspart d'entre eux protestant qu'ils ne s'arresteront jamais qu 'ilz ne voyent lesd. abolition et revocation bien revetues de leurs formes entre leurs mains; et que si ceux de la ville d'Angoulesme ne leur rendent cinq ou six hommes qu'ils disent estre fauteurs des gabelleurs, et particuliиrement le prevost de Xaintonge qui avoit entrepris de mettre sur pied cent carrabins pour faire payer la taille et les menus droits, et lequel comme natif d'Angoulesme s'y retire quel-queslois, ilz affameront lad. ville et brusleront touttes les maisons que les habitans d 'icelle ont a la campagne. Dequoy Monseigneur le lieutenant general au presidial d'Angoumois est venu m'advertir, et me temoigner avoir une grande crainte. Et neantmoins Monseigneur ceux qui ont veu touttes les assemblйes de ce peuple, et qui entendent la guerre, asseurent que deux cens hommes de cheval et mille de pied conduicts par un chef d'authorite et d'experience surmonteroient aisement tous ces rebelles, qui vraysemblablement multuplieront leur nombre et augmenteront leur insolence, si tost, qu 'appres leurs moissons faictes ilz auront plus de loisir et de nioyns qu'ilz n'ont a present. Je prie Dieu que ie sois en cela un mauvais faiseur de conjecture, et qu 'il Lui plaise Vous conserver longuement et hureusenient pour lu consolation des gens de bien, l'honneur de la justice et la reputation de la France, demeurant pour jamais, Monseigneur, vostre treshumbles tresobeissant et tresoblige serviteur

La Fosse

d'Angoulesme ce 26 juin 1636


Monseigneur, nous experimentons tous les iours en ce pais l'inconstance dos peuples. Ceux de Blanzac qui avoient este des premiers a produire des actes d'cne tres cruelle insolence, sont venus aussi les premiers faire poenitence en ceste ville, et prester le serment de fidelite envers le Boy entre les mains de Monsieur de Soubran, Et ceux de la Champagne de Xaintonge, autrement des environs de Congnac, ont tellement rallenti leur premier fureur, qu'ilz y laissent entrer des vivres. Mais Monseigneur selon la prediction que ie Vous avois faicte, ceux des terres de Monsieur de la Rochefoucaut n 'ont pas plustost perdu la presence de leur seigneur lequel est parti pour son voyage de Forges sur le commencement de ceste semaine, qu 'ilz ont estй somme par leurs voisins de se mettre en armes pour se rendre au bourg de Mata en Xaintonge, a quoy Ion nous asseure qu'ilz cnt obei et par ce moyen le mal qui avoit este iusques ici retenu par les barrieres de ceste ville a surmonte sa digue, sans la rompre, et n'a plus d'obstacle qui l'em-pesche de s'estendre du coste de Poictiers, quoy qu'il semble prendre son penchant et son cours vers La Rochelle et presagir un malheureux progres, si la venue de Monsieur de Brassac (la reputation duquel est treshonorable et fort respecte en ses gouvernemens, et lequel nous attendons de Jour a autre) n'y apporte du temperament. Ilestbien vray Monseigneur que n'amenant quant a luy que la bonne odeur de sa vie et les rares qualites de son esprit, je crains que par la trop grande disproportion de l'agent avec le patient il ne rencontre pas tout le succes que sa vertu merite. Et j'ose dire avec tous les honestes gens de deca, que parmi nos furieux, nos stupides et nos barbares un coup de canon et un exemple de justice persuaderaient mieux que mille syllogismes, la raison seule estant trop foible, voire l'eloquence mesnie avec tous ses ornemens et tcuttes ses pompes, trop peu puissante pour appaiser une rebellion si envieillit, laquelle neantmoins cederoit et se dissiperait tresaisement (selon l'opinion commune de ceux qui en observent la naissance et la suilte) a la seule approche d'une force mediocre. Ce n'est pas Monseigneur que ie veuille entreprendre d'adiouster mes avis a la narration que ie Vous fais de ce qui se passe au Heu ou ie suis, mais les discours et les sentimens des bons serviteurs de Sa Majeste qui restent ici; faisant une bonne partie de ce qui s'y passe maintenant, je ne croy pas Vous le devoir taire, en Vous mendant le reste, suivant ce que Vous ni'aves faict la faveur de nie monstrer que Vous n'auries pas desagreable que ie Vous entretinsse des nouvelles qui se feraient par les chemins de mon voyage. C 'est sur quoy ie fonde Iss excuses que ie Vous fais des importunites de mes lettres, et Vous supplie treshumblcment de croire que personne du monde n 'a une plus ardente affection que moy de vivre et mourir, Monseigneur, vostre treshumble et trssobeissant serviteur

La Fosse
d'Angoulesme ce 17 de juillet 1636


Monsieur, les marques quil vous plait de me donner de vostre bonne voionte en toutes les occasions moflligent a commencer cette lettre par les actions de grace que ie vous en rends et vous supplier de me les continuer vous trouveres bon sil vous plait en iettant les yeus sur la frontiere la plus ialouse de ce Roiaume et ou les ennemis de la France font leurs ulus erands efforts de considerer la ville d'Abbeville quil a pieu au Roy de confier a mes somgs comme une des plus importantes places de lestat qui sert de lien au commerce de la Normandie avec Paris qui peut servir de places darmes a une armee de dix mille hommes et la peut nourir un an durant. Je suis a la discretion des habitants qui en sont les maistres ils sont affectiones au service du Roy et sont fort vigilans a veiller a leur conservation et crois que pour une surprise ils sen peuvent deffendre. Mais pour une attaque de vive force Abbeville ne ce peut deffendre que par un grand nombre de cens de guerre quil faut attendre de larmee que le Roy a en campagne. Jay trouve ce peuple un peu esmeu, cet a dire les pauvres et les artisans, de quelques impositions nouvelles que iay este oblige de faire sursoir tant pour la necessite pressante que pour conserver la bienveillance et les coeurs de ce menu peuple qui est arme et qui fait la plus part des factions ordinaires qui jointes A ia rupture du commerce les empescbe de gagner leur vie tant sen faut quils soient en estat de paier des impositions nouvelles. Je crois que vous approuvres nia conduitte en cela comme utile et necessaire au service du Roy qui est le seul but de mes intentions. Je finiray par une supplication que ie vous fais pour Monr le president d'Abbeville etc...

Louis de Valoy

d'Abbeville ce dernier de juillet 1637




Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3126
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 04.12.09 21:23. Заголовок: Monseigneur, nos vil..


Monseigneur, nos villageois sont tousiours les mesmes que ie Vous les ay depeints par mes dernieres despesches, je veux dire fort insolens en leurs paroles et tous prests a reprendre leurs armes, aussitost, non seulement
qu'on leur demendera le payement, mais mesmes qu'on leur ostera l'esperanse 'obtenir la suppression de touttes les choses qui les blessent, sans que la declaration contenant la revocation du sol pour livre, que Monsieur le procureur general de la Cour des aydes a envoyee ici, aye en rien servi a les adoucir, pour ce que ne se faisant parmi eus que fort peu de trafic des denrees, subiectes aud. sol pour livre, l'introduction d'icelluy ne les avoit pas fort aigrir, ne s'estans irrites et esmeus pour aucune autre plus forte raison, qu'a cause des menus droits et des quinze livres pour tonneau de vin, ce qui les oblige de sonner a toutte heure le tocsain en quelque part pour en faire fuir les collecteurs.

Cependant Monseigneur, Monsieur de la Hoche-foucaut travaille avec beacoup de soing et de diligence a faire ses trouppes de cavallerie et d'infanterie, a quoy nous avons bien «eu que la revocation de Parriereban dont il a receu quelques nouvelles luy apporterait beaucoup d'obstacle, dautant qu'encores que la noblesse de ces provinces soit fort pauvre et qu'il semblerait un peu trop rigoureux de mettre a execution contre elle touttes las comminations que les ordonnaces dud. arriereban proposent, neantmoins la convocation d'iceHuy, maniee avec un bon temperament, pouvoit tenir les esprits des gentilshommes en cervelle et les pousser plus promtement en l'assemblee volontaire de mond[it]sieur de la Rochefoucaut, affin d'eviter l'inquisation, les contraintes et les peines de la loy dud. arriereban, de la cessation duquel tous parlent depardeca diversement, mais la plus part an desaavantage de mond[it]sieur, et on tп rent les conse quences de change ment aux premie res preuves de bonne volonte et de confiance qu'il avoit receues, lors qu'il eut le commendc nient de faire son armement, dequoy luy mesme se treuve embarrasse etc. ..

La Fosse
d'Angoulesme ce 11 s[eptem]bre 1636


Monseigneur, comme ceste province jouit de la liberte de ses Etats elle est ausay peu accoutumee au respect et a lobeissance envers le Roy et ceux qui luy sont envoyez de sa part, au parlement j'y ay trouve quelque-exterieur de ces qualitez mais en effect rien du tout, et apres nous avoir tenu Mr Je duc de Brissac et moy lespace de douze jours a nous resouldre sur la proposition que nous leurs avions faicte de la part de Sa Majeste pour le secours present enfin aujourdhuy seulement ils nous ont apporte leurs deliberation par escrit et non signee qui porte que les presidens donneront par prest 300 ec. les conseillers 200 ec. ce qui peut revenir a 27000 ec. dont de-la moitie a lesgard du semestre qui sert on en peut faire estat dans deux mois, et de lautre a lesgard de celuy entrant en fevrier dans huict mois. Jugez Monseigneur si ce n'est pas une moquerie et une chose plustot a refuser avec reproche qu'a accepter.

Leurs lenteur a produit un autre effoct qui a este uns sedition furieuse lespace de trois jours en ceste ville soit quelle ayt este excitee par aucun malitieux d'entre eux, soit par leurs mauvais exemple destre si longs a faire leurs response comme tesmoignant y estre forcez et que si leurs corps souffroit une fois une taxe que le peuple devoit s'attendre dy estre contraincts et bientost de voir la gabello et les autres impositions de France. Je ne vouldrois pas nier que quelquns de la noblesse ou accose de larrierban ou pour autre pretexte de liberte ny eussent contribue, et quelquns de leglise sur ceste derniиre raison, mais d'en accuser encor personne on particulier je ne le puis faire. Bref ce n'a este pendant led. temps de trois jours qu'assemblee de peuple jour et nuit avec armes et une fois avec un tambour, tantost cent, tantost deux cens et jusques a quatre a cinq cens, criant: Vive le Hoy sans gabelle, dun sol que nous payons pour Jes pommes on nous en veut faire payer dix escus, les autres vingt escus, tuons le commissaire, et quelquefois adjoutoient: Vive le Roy et Mr le duc de Brissac sans gabelle, nous aurons chacun un morceau du commissaire, et plusieurs insolences jusques а venir par deux ou trois fois chaque nuit au logis ou je logeois, auparavant que de m'estre retire en celuy de Mr de Brissac, y rompre les vitres, faire effort contre la porte pour la vouloir rompre et menacer d'y mettre le feu. Il seroit trop long et trop ennuieux Monseigneur de Vous en mettre dadvantage de particularites. Aucuns pendant ceste rumeur me conseilloicnt de m'en aller et me le disoiont en leurs conscience, dautre dud. parlement men pressoient a dessin, Mr le duc de Brissac qui les cognoit assez bien et moy nen fusmcs point dadvis ayant juge a leurs contenance les ayant veu passer que ceste esmeute n'estoit qu'a dessin de me faire peur et de me faire retirer au prejudice du service et de lauthorite du Roy dont ia gloire nous en est demeuree et la sedition s'est dissipee de hier par un bonheur, le logis de Mr le duc de Brissac n'estant pas un lieu ou lon deust estre asseure estant une maison commune de la ville et sans aucuns garde ni noblesse a sa suite, il y a apporte tous les soins qu'il a pu pour les teindre et Mr le president de Musbieufaussy avec quelque autre du parlement comme Mrs le premier president, de Brequini president, de Brie president, de Jantorte president aux enquestes, le procureur g[e]n[er]al, et quelques autres quil seroit trop long de nommer.

La justice ne s'en est pu faire car de deux que nous avions pris au premier jour Mr le duc de Brissac fnst conseille de les rendre et depuis ny le juge criminel apres les avoir interroger ny Je parlement n'a ose passer oultre du moins lont il ainsy dit crainte de pis. Neatmoins led. parlement a promis de decerner commission au premier jour pour en informer et qui pouroit presser ces deux accusez de dire la verite Ion descouvriroit les autneurs mais le parlement n'en fera rien.

Le seul expedient Monseigneur de venger ceste offence ce seroit de mettre en ceste ville une bonne garnison. Vous avez Mr le duc de la Tremouille qui a quatre mil hommes sur pied pres dicy et qui fora tout ce que lon vouldra pour le service du Roy et sera bien aise de m'obliger. Il fauldroit luy ordonner (pourveu que Sa Ma[jes]te n'aye point besoin desd. gens de guerre ailleurs) de les envoyer icy et a Mr le duc de Brissac de les y faire entrer. Lon feroit telle justice que lon vouldroit et lon leurs feroit peur dune citadelle, de la perte de leurs privileges et de la translation du parlement. Ils viendroient incontinent au pardon et apres lon feroit ce que lon vouldroit. Mais sur fin Monseigneur permettez moy que je Vous die que quand les csmButes sont appaisees il est necessaire de faire exemple et ne croiez pas que jen pnrle pour mon interest, je Vous le remets tout et au Hoy. Celuy seul que je Vous represente et que je Vous demande avec extreme instance pour la conservation de mon honneur on ceste province principale apres ce desplaisir sest que je sois premier commissaire aux Etats quand ils se tiendront et qun con[seill]er d'Etat apres les peines que jay eiie ne vienne point me ravir cesto gloire, car Monseigneur je prens coste liberte de Vous dire
que je ne le pouvois souffrir qu'avec un regret mortel. Mrs....... (le dernier depuis evesque de Cahors) les ont tenus jadis en la place que je pretends ce me semble justement. Je Vous requiers Monseigneur a joindre mains de ceste grace qui depend entierement de Vous et je seray satisfaict, et a jamais, Monseigneur, vostrs tres humble et tres obeissant serviteur

J. D'Estampes
de Rennes ce 12 septembre [1636]





Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3141
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 06.12.09 01:44. Заголовок: Monseigneur, je vous..


Monseigneur, je vous remercie treshumblement de l'honneur que Vous m'avez faict de me mettre le premier eu la commission des Etats. Ce n'est pas ia piorniere obligation que je Vous ay niais elle est bien entre les plus grandes. J 'ay tous jours eu ceste conl'ience en V[ostr]e bonte que Vous me tireriez du pair, et me donneriez la main a m'eslever au desus de ma condition presente.

La sedition de Rennes a la verite a este appaisee sans que jy aye couru fortune par le bon ordre que monsieur le due de Brissac y apporta et la creance que les peupies ont en luy, autrement elle eust este plus grande, et aux autres villes ou nous avons este a lexemple de celle de Rennes pareil accident y fust arrive voire plus funeste si en continuant ses soins il n'eust contenu la populace. Mais si Monseigneur Ion ne donne uu moins quelque aprehension de chastiment a ceste ville rebelle par une declaration, env yee au parlement et a la chambre des comptes de la revoquatron de leurs privileges il ne faut plus faire etat d'envoyer en ceste province aucun commissaire extraordinaire. Si apres elle vient a flechir Sa Ma[jes]te par submissions et que les Etats implorent leurs pardon je ne dis pas qu'on ne leurs accorde. Ce n'est point mon interest gui me faict parler car Monseigneur je Vous l'ay tout remis et au Roy mais seulement la consideration du service de Sa Ma[jes]te. En quoy je me trouve beaucoup fortifie que s'est ladvis de Mons[ieu]r de Pontchasteau avec qui j'en ay confere estant a Quimpercorantin lequel comme bon compatriote aime la conservation des privileges de la province autant que personne du monde mais comme bon et zele serviteur du Roy desire aussy que la dignite royale ne soit point violee et qae ses subjects lu y obeissent. Vous voirez Monseigneur la copie de la declaration que jay dressee a cest effect sil Vous plaist elle sera expediee en la sorte sinon en antre meilleure que Vous jugerez mieux que moy, sinon point du tout...

J. D'Estampes
de Vannes ce 22 octobre 1636


Monseigneur, lobligation que iai de rendre conte a Vostre grandeur do ce qui passe dans le pais de Quersy, qui reguardc linterest du service de Sa Maieste, fait que jai crea vous debvoir donner advis de ce qui arrive a Caliors, pour i pourvoir des remedes convenables et necessaires en ceste oecurance. Je dirai donc a Vostre grandeur que l'exemple du Perigtiord ou quelques mutins se sont sousleves et en suite en verteu des ordonances de celui qui les conduisoit somme plusieurs paroisses du Quersy de se rendre a eux a esmeu presque toute la campaiguie, nous avions avec les seings des consuls et aultres bons habitants conserve la ville dans lobeissauce jusque au septiesme du courant, qune troupe du bas peuple se mutina souhs pretexte do leutree trois officiers du regiment de Biscarras quon leur a voit persuade que les consuls vouloint faire entrer pour les metr en guarnison dans la ville, on les appaisa pour ie soir et tout demeura dans le calme jusques au neufviesme, qu'au grand matin nombre de fames sassambla et avant qwon i eust prins guarde eust rompeu le banq des esleus qui estoit dans leglise et en suite antra et pilla dans trois ou quatre de leurs maisons, nous i accourusmes aussi tost quori peust se rallier avec mrle conte de Cabrerets assistes des consuls et en suite des officiers et aultres habitants de la ville avec lesquels apres avoir tasche de faire cesser le desordre et ne pouvant en venir a bout aultrement a cause de la [seurvenance ?] de seditieux qui vindrent pour secourir ses fames on fust contraint de l'aire tirer seur eux quelques mousquetades si biea quil an demeura quelques uns seur la place. Le soir la sйdition continua au faubourg mais ils feurent charges si rudement quon les dissipa et forзa de senfuir hors ia ville et se tapir dens les montaignes voisines. Les consuls estoit saisis de quelques ung des coulpahles mais alors la plus part des artisans ses tant mutines oncores pour les ravoir on a este contraint de differer la punition jusques a ce quil plaise a vostre grandeur nous commender lequeile jugera de mieux pour le service de sa maieste. Cepandent nous avons conserve la ville dans lobeissance et fait passer touts les bons habitants en ormes pour cliastier ceux qui vouldroint rien entreprendre. Jattendrai les commandements de vostre grandeur et ne lesserai de prier pour vostre prosperite et quil lui plaire madvouer comme estant, Monseigneur, vostre tres humble tres obeissant et tres fidelie serviteur

Regourd
Juge mage et lieutenant general de Caors
A Caors ce 10me juin 1637


Monseigneur, apres vous avoir rendu conte cy devant de ce qui sest passe executant la commission contre les seditieus de Perigord et Agenois et apres avoir envoye le jugement donnй contre le nomme le Turc nous avons aussy creu estre de nostre debvoir de vous informer des jugements du despuis par nous donnes scavoir deux a Bragerac l'un a rencontre de Jean Bonmartin dit Lescansou du lieu d'Eymet lequel fut condemne a estre pandu et estrangle pour estre venu querir au dit Bragerac les eomunes souzlevecs et icelles conduites dans la ville d'Eymet, laquelle fut reprise et remise soubz lobeissance du Roy par Monseigneur le duc de La Vailette, et lautre donne a lencontre de Jean de Fettes dit Lamothe Grignolz gentilhomme de naissance quy eust la teste tranchee capitaine dans les troupes des mutins qui estoit a la suitte du Turc et qui fut prins a Saincte-Foy, Nous avons donne autre jugement de mort a Saincte-Foy tant a lencontre de Leonard Bonami notaire royal qui a este eondemne a estre pandu pour estre aussy un des complices "du dit le Turc que contre Charles Lallegrand lequel neanmoings pour certaines et justes considerations nous avons condemne de servir le oy perpetuellement dans ses galleres. Encores avons-nous donne autre jugement dans Bragerac a lencontre de Jean Marceron valet du sieur de Marboutin portant condemnation d amende honorable et bani s sement pour navoir garde soigneusement la maison et chasteau du sieur de Marboutin son maistre estant sorty dehors et layant laisse surprendre aix dicta sediteus. II a este juge quil y avoit plus d'imprudence que de mauvais dessaing. Et au regartl des sept autres prisoniers a lencontre desquels on ne nous a fourny d'aucune preuve nous avons ordonne quil sera contr'eux informe eux demeurans en lestat quilz sont soubz la charge des Consulz visseneschaux et geolliers quy en sont charges. Comme aussy nous avons decrete de prinse de corps tant a lenconrte de Lamothe La Forest soy disant general que d'un grand nombre dautres accuses par les susditz executes a mort sy bien que nous avons faict faire des executions a mort tant dans la ville de Perigueux que celles de Bragerac et Saincte-Foy qui sont les trois endroits esquelz le desordre a este le plus grand et avons faict faire les chatieinens sur les principaux autheurs et personnes de consideration et les plus qualifies estimant quil ny a rien qui frape mieus les esprit, que cela. Et comme Monseigneur nous avons eu rendu conte de noz actions au Parlement il a ordonnй que le proces seroit faict aux autres coulpabies et pour cest effect a coumis le lieutenant criminel de Bragerac pour instruire les procedures jusqu'a jugement deffinitif exclusivement affin que par apres le Parlement leur fasse souffrir la punition que leurs crimes meritent. Et ce par le sentiment de Messeigneurs les ducs d'Espernon et de La Valette la generosite et prudence desquels: avecq les armes victorieuses de Sa Majeste a iencontre des rebelles et la justice exemplaire quy a este rendue en Geste oceurence en toutes les villes que nous avons passes ont donne une si grande horreur aux plus mutins que maintenant lauthorite du Roy y est sy absolue que lobeissance a ses volontes et la tranquilite publique y est du tout remise.

Vous supliant tres humblement Monseigneur nous favorisant de llionnour de vostre bienveillance nous obliger dordonner le remboursement des frais de nostre commission durant un mois sur telle nature de deniers asseures quil vous plaira dont nous ne vous donnerions l'importunite si le Parlement, avoit fondz pour y sattisfaire et nous prierons Dieu pour vostro prosperite comme estant, Monseigneur, vos tres humbles et tres obeissans serviteurs

De Moneins, H. de Massey.
A Bordeaux, ce 13 juillet 1637



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3156
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 09.12.09 20:00. Заголовок: Monsieur, quoyque n..


Monsieur, quoyque n'ays pas repris toutes mes forces et qu'en mon age il ne soit pas fort facile de revenir d'une sy grande maladie qu'a este la mienne, je me fais noantmoius effort de servir le Roy dans cette rencontre d'affaires, et ayme mieux hasarder ce peu que jay ile sante que de desnier mes soings aux choses quy se presentent. Je massure, Monsieur, que vous aves sceu ce que mon fils le duc de la Valette a tres heure use nie ut execute eu Agenois, et Perigord, et comme il a par ce moyen dissipe la plus puissante faction quy se soit formee il y a longtemps dans l'Estat, par ung soulevement des peuples, sans que pour cela les eimeniys ayent profite on quoy que ce soit de nos desordres, par le bon ordre qu'il a voit laisse dans l'armee premier que de s'esloigner de la frontiere. Le mauvais succes qu'ont eu les peuples leur a vsritaplenient oste les armes des nmins, mais non pas la rage, uy la mauvaise volonte du coeur, non plus que les discours temeraires et seditieux de la bouche, de sorte qu'estant en cest estat je n'ay garde d'implorer la grace, ny la clemence du Roy en leur faveur. J 'estime au contraire qu'il est tres necessaire de ies tenir en creinte, de menacer ceux quy ont failly, ou quy manqueront desormais a leur devoir, de la confiscation de leurs hieus, et razement do leurs maisons, et d'en faire une commission expresse, car cette revolte estant favorisee de plusieurs personnes Je condition, et quy ont quoique chose a perdre, il y aura peut ostr'e moyeu de les contenir par ces peyiies, et les ernpeseher de retumber dans Jours premieres fureurs. Je propose'nion sentiment selon la passion que jay pour lo service du Hoy. Vous adviseros par vostre prudence, Monsieur, ce quil sera plus expedient de faire dans cette rencontre quy est une des plus importantes, et des plus dangereuses quy se soit offerte il y a longtemps, et que nous devons principaiement a l'impunite des peuples de Xaintonge ...

La Valette
A Cadillac, 21 juin 1637


Monseigneur, despuis la derniere lettre que ie me donnay l'honneur de vous escrire pour vous informer du desordre arrive dans Moulins, je n'ay peu apprendre aucune chose qui merite occupper vostre loisir. Je croy que vous apprendres par Mrs les magistrats de cette ville, que le peuple est tousiours anime et que les desseins de leur premiere fureur continue encore quoy quelle n'ait pas este tout a fait executee. Il est mal aise, Monseigneur, que ces esprits turbulens et seditieux puissent estre apaises en ai peu de temps, et on croit que le partage de la proye qu'ils ont divisee entre eux a plustot suspendu qu'aires te leur mauvaise volonte. Monsieur le gouverneur qui m'a fait l'honneur de me recevoir chez lui avec toute sorte de civilitй lors qu'il a veu les ordres du Roy et les vosties, arriva le mesme jour de la sedition, et apres pleusiours ronseils tenus pour cette affaire, il a rйsolu d'attendre les ordres de Sa Majeste et les vostres: ces mutins sont en si grand nombre dans le fauxboui'gs Daller ou s'est formee cette sedition, qu'il n'est pas possible de se saisir de leurs personnes sans donner naissance a dea plus grandz maux; outre que n'ayant pas la force en main pour chastier leur insolences, il croit que ce scroit blesser l'autorite du Roy que de l'employer en une occasion ou elle ne serait pas la plus forte. On fait garde reguliere aux portes de la ville, mais ces seditieux disent que si on leur refuse l'entree ou qu 'on essaye d'aller dans leur quartier pour en prendre quelqun, ils mettront tout a feu et a sang. Je suis dans le chasteau de Moulins d'ou ie ne partiray point que ie n'aye plustost l'honneur de vos coinmendemens apres lesquels j'agiray avec toute l'affection que ie dois avoir pour les interests et pour le service du Roy. J'attendz donc, Monseigneur, vos ordres et proteste de vivre et de mourir de vostre Grandeur, Monseigneur, le tres humble, tres obeissant et tres fidelle serviteur

Leffargues
A Moulins, ce 28 juin 1640


Monseigneur, pour continuer de vous donner advis de tout ce que ie puis apprendre touchant le desordre arrive dans la ville de Moulins, je vous diray que le peuple mutin, que la force seule peut ranger a son devoir, continue dans ses mauvais desseins et apres les sanglans effectz dont il est coulpable, il use de menaces insolentes. Ils ne redouble point le chastiment, et ne se contente pas de publier son crime comme une marque de sa vaillance, mais aussi il est asseure que ceux mesmes qui ont este de cette mauvaise partie entrent et sortent tous les jours dans la ville sans qu'on oze ou que personne veuille se mettre en peine d'en arrester aucun. Cette insolente hardiesse ayant este rapportee a Mr le gouverneur, il envoya sur l'heure appeller Mr le lieutenant g[e]n[er]al avec les principaux de la ville, et apres leur avoir represente avec beaucoup do zele et de chaleur le tort qu'ils avoient de souffrir que ces seditieux entrassent et sortissent de leur ville sans pour le moins se mettre en devoir de l'en arrester, et apres leur avoir offert de les aller prendre luy mesme avec ses domestiques s'ils venoient lui en donner advis, Mr le lieutenant g[e]n[er]al et tous ceux qui estoient venus avec lui ne feurent pas de son advis et luy representerent que s'ils en arrestoit le moindre d'entre eux, ils estoient asseures d'estre assieges dans la ville par ces mutins qui ne cherchent que le moindre prйtexte de pilier la ville. L'affaire en demeura en ces termes, Monseigneur, parce qu'il fut resolu d'attendre vos ordres pour les suivre exactement, comme il importe qu'on les recoive au plustost pour obvier aux desordres qui pourraient s'en ensuivre, et que vostre seule prudence est capable d'eviter. Pour moy, Monseigneur, ayant l'honneur d'estre considere comme un liomme envoye par vous, on me fait la faveur de me communiquer les conseils et les resolutions, dont ie vous rendre un compte bien exact, puisque ie suis par debvoir et par inclination de vostre Grandeur, Monseigneur, le tres humble, tres obeissant et tres fidele serviteur

Leffargues
A Moulins ce 30e juin 1640



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3193
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 12.12.09 12:53. Заголовок: Monseigneur, nous su..


Monseigneur, nous suspendions, par respect, la continua[ti]on de nos advis touchant les emotions arrivees en ceste ville, tant pour ne vous amuser d'une lecture inutile, que potir l'esperance que nous avions ijue le temps modereroit le feu rie ces esprits factieux eb eschauffe's, mais voyants que n[ost]re dissimula[ti]on, et un chastiemeot differe par impuissan[ce], les plongeoit plus avant dans la rebellion et la licence et dans des menasses et attantats sur la vie et sur les biens des plus fideles subjects du Roy, et notables habitans de cette d[ite] ville, nous avons creu que nostre silance seroit, sinon criminel, au moins tres prejudiciable a Sa d[ite] Mate et a ses d[its] subjects, et de tres mauvais exemple a tout le reste du Royaulme. Leur insolance, Monseigneur, est donq venue a ce poinct, de menasser de massacre tout le corps de justice jusques dans leurs sieges, de se pr[ese]nter arrogamment et impunement dans leur auditoire et en toutes les rues de la ville, de destiner par placards, et iactan[ces] publiques a leur rage et a leur fureur ceux d'entre les bons habitans en qui ilz ont veu plus de vertu, de courage, et de resistance et nonimem[ent] les srs maire et escnevins deux desquels ont este contraincts de leur quitter la place et se retirer dans la ville, apres en avoir veu un d'entr'eux mi s erable m [eut] assassine, ainsy quil Vous a este mande, de faire de nuict mille inosolan[ces] aux gardes qui se font pour lasseuran[ee] de lad [i te] ville, ne les ayant pu empescner de se mettre a la campaigue, ou ils commencent de s'estandre, tant pour y empesciier les levees des droicts et deniers de Sa Maet que pour attirer par le[dit] exemple les habitans d 'icolles a faire le semblable, ci 'y menasser nos-maisons et nos metairies de feu et de pillage, d'y avoir poursuivy et vole ceus qui sestoient eschapes de leurs mains le jour de leur sedition, de nous avoir contraincts d'envoyer au devant du paequet du Roy, dont ils se vou-loient saisir, pour voir ce qui nous seroit mande touchant les desordres passes, de faire partir secretement la voiture do ses den[iers?] de crainte quilz l'enlevassent, de nous reduire a ne pouvoire aller sans peril en divers endroiots de nos faulxbourgs depuis plus de quinze jours en ca et plusieurs de noua a se retirer nuicteminent loing d'icy pour y chercher la seurete de leurs personnes qu'ils n'y pouvoient trouver, de ios aller chercher ez lieux ou ils croient quilz se fussent retires, de retirer par force des papiers et d'estre entre de mesme en quelque maisons et y avoir enleve des papiers de quelques fermiers de droicts qui se levent par l'auctorite du Roy et en forcer d 'au[tr]es a transiger sur proces et leur en paier les despands, et finalement, a contraindre les d[its] fermiers d'abandonner leurs fermes, et les d[its] srs maire et esche vins d'en faire publier a son de trompe et ery public la cessa[ti]on et labandonnemfent pour les contenter et ramener douicem[ent] a la raison. Voyla Monseigneur la suite du carnage et du vol qui fut faiot il y a quinze jours, par laquelle vous pouvez voir que i'auctorite du Roy n'est pas et ne peust estre icy fortement sousteuile jusques a ce que les affaires de Sa Mate permettent que ses hons subjects se voient les plus forts, ce que neantmoins ils tascheront de faire d'eux messie avec un peu de temps, pour la descliarger de ce soing, et satisfaire de leur part a linjure que luy « este faise par oes esprits farouches et mutins, contre lesquelz nous implorons V[ost]re justice et V[ost]ro auctorite, laquelle doihvent particulierem-[ent] se promettre, Monseigneur, v[ost]re tres humbles et obeissants serviteurs les Presidens et Tresoriers g[e]n[er]aux de France a Moulins

De Moulins ce 8 juillet 1640


Monseigneur, depuis la derniere que j'eus lhonneur de vous eserire par laquelle je vous donnois advis de l'ordre que j'avoia receu de Sa Majeste par la lettre de Monsieur de Lavrilliere, il ne aest rien passe dans Moulins dont je peusse vous informer que dimanche quinziesme de ce mois que les habitantz du faubourg d'Allier, estante voulu entrer dans la ville pour assister a quelque devotion qui sy faisoit, ilz en furent empeschez par ceux qui estoient de garde a la porte et entre autres un de leurs sergezintz ayant estй hlaisse au Iront quoyque legerement par un marchand de la ville qui estoit ce jour la de garde, ilz coururent aussytost aux armes en resolution dentrer dans la ville et dy faire du desordre. Ce que m'ayant este rapporte, j'y alle aussytost avec quelques uns de la ville qui m'accompagnerent, et les ayant trouves desja en armes en nombre de bien pres de quatre ou cinq centz hommes voyant que je n'a vois pas de quoy les pouvoir forcer, je fus oblige de faire recognoistre l'autorite du Roy par douceur et par adresse; "ce qui reussit sy heureusement que dans moings de deux heures j'eus appaise la fureur de ces mutins, et les oblige de quiter les armes et de se retirer dans leurs maisons. Cesto mutinerie m'obligea de faire redoubler les gardes pour les empescher d'entrer dans la ville ou peut estre ilz eussent trouve dos partisantz de leur condition pour piller les maisons des bourgeois. Et le lendemain je donnй ordre de faire une assemblee dans Je chasteau du roy composee de tous les ordinaires et de la meilleure partie des habitantz de la ville et des faubourgs; ou apres leur avoir faict entendre leur devoir et le service qu'ilz doibvent rendre a Sa Majeste par une prompte obeissance au comman-dem[ens] que.je leur ferais do sa part, je leur fis jurer et promettre de vivre a l'advenir comme de fideles subjectx debvoient faire et leur ayant faict prester un nouveau serment de fidelite, je fis le lendemain dresser un acte que je vous envoye par lequel vous verres, Monseigneur, que je les oblige a leur debvoir. Jay recognue le fruict que cela a prottmct par la prise qui fut faicte le lendemain par ceux mesmes du faubourg d'Allier de neuf coquins qui estoient entres dans quelques maisons des habitante pour les faire ranзonner. Ilz me furent menйs aussytost dans le chasteau ou ayant appelle le visseneschal pour leur faire leur proces et en faire promptement exemple, mais quatre de prisonniers s'eschapporent de la maison dud. visseneschal ou ilz auraient este par luy menes pour les entendre. Je luy ay proteste qu'il debvoit respondre de ceste evasion au Roy et a vous, Monseigneur, a qui je luy ay dict que j'escrirois. Il est vray quil sest oblige de les remettre entre mes mains et je crois que la peur a este cause qui( les a relasche. J 'attendz la dessus vos ordres et vostre volonte. Four les autres cinq on a commence a leur faire leur proces et vendredy, vingte de ce mois j'cntray a la chambre pour assister a leur jugement. Il y en a eu un qui a este pendu en la place de Moulins et deux qui pour n'avoir pas este trouves fort charges par Messieurs du presidial, ont este condamnes aux galeres perpetuelles et ont este desia attachйs a la chaisne; pour les autres deux qui restent lon instruict leur proces qui est encor en estвt pour ne pouvoir trouver de charges. Cest acte, Monseigneur, que jay faict signer a tous les principaux habitante et cest exemple de punition faicte sans emotion a remis l'obeissance du roy dans les espritz des plus mulins, et jesperes que la ville de Moulins sera a l'advenir tranquille, et que l'authorite du roy y sera absolument recognue. a fallu qu'au commencement jaye employe la douceur pour de s couvrir leurs desseins, mais des que je les ayrecognues je me suis servis des moyens les plus advantageux au service de Sa Majeste. J'ay receu depuis, Monseigneur, vostre lettre par laquelle jay veu le commendement que vous me faisies de convoquer la noblesse et reduire par la force ces mutins. Mais jay creu que quand vous scauries que les affaires sont en un autre estat et que jay remis l'obeissance du roy en sa premiere authorite, Sa Majeste et vous, Monseigneur, approuveries mon action et jugcries que tout estant paisible il ne seroit pas necessaire rie convoquer la noblesse ile ce pays qui est presque toutte dans les armees de Sa Majeste. Il ne reste plus, Monseigneur, pour l'entiere satisfaction du roy et pour le vostre que a punir les coupables de la sedition passйe, ce que jespcre que nous ferons avec honneur pourveu qu'il vous plaise m'envoyer Monsieur de Chaponay, je lui ay escrit par deux diverses fois et par la derniere c'es miennes je iuy faisois scavoir l'ordre que javois receu de Sa Majeste de le faire venir a Moulins et luy envoyois la copie de la lettre de Monsieur de Lavrilliere, mais je nay reu en avoir aucune rcsponse, n'y scavoir ou il esb. Je le crois pourtant maintenant a Paris, ainsy que madame sa femme me dist a soc depart (le ceste ville. Jay ordre par la lettre dud[it] sieur de la. Vrilliere de ne rien faire sans laytle dud[it] sieur de Cliapoiiay pour la punition des coupables et ne crois pas que le presidial soit capable de le faire par ce ' que la plus part sont touches ou diriterest ou de crainte. Je m'en remettray pourtant, Monseigneur, a vostre volonte que jattendray pour lexecuter ponctuellement puis que je suis, Monseigneur, vostre trcs'lmmble ot tres obйis sant serviteur

Saint Geran
A Moulins le 21 e juillet 1640



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3208
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 13.12.09 19:59. Заголовок: Monseigneur, suivant..


Monseigneur, suivant l'ad vis que je vous ay donne par ma derniere je suis party de Molin a la Desrobec[?] assiste de vingt de mes amis pour aller rendre mes debvoirs a Monseigneur Je Prince en son chastel do Monrrond auquel ayant faict complimente tant pour le corps des officiers de justice quo de celuy de viille je l'ay trouve aussi scavantetplus que moy des seditions arrivees en Bourbonnois et Auvergne et de lestat particulier auquel nous sommes reduits audict Molins. Il a temoigne un grand desplaisir d'un entreprisa si preiudiciabl au service et contre [venant] a lautborite du Roy et repos de ses subiects. Il n'a pou aussy approuver qu'en tello occasion Monsieur de St. Geran a'ayo suivant vos ordres, Monseigneur, assemble la noblesse faict armer la province pour prendre un prorapt chastyement de tous ces mutins et empesclior quo le mal ne soit alle plus avant. Comme ce prince blas-moit la connivence des uns la laschcte des aultres et pleignoit le malheur qui arriveroit aux habitants de ladite ville un marchant ferratier sest dicelle lun des chofz des seditieux se disant depute des faubourgs s'est addresse au sieur de Tiqran l'un des gentilshommes de Son Altesses pour le presenter et scavoir d'elle si ell'auroit aggreable que leurs cappitaines la vinssent saluer ce questant aucunement ouy par elle auroit menace ledict marchant de le faire pendre a une fenestre et qu'il falloit en fair'aultant a une centaine de senibiabJes mutins ce qui l'auroit oblige desquyver et prendre la fuitta ce qui a grandement os tonne ceux desdiets faubourgs au recit qui m'en a este faict et jaurois grand subiet en cet endroict de me plaindre, Monseigneur, de la permission que Monsieur de St Geran leur a donnee de sassembler et faire une deputation a linjure et mespris de leur maire mais je cesse cette plainte pour vous representer, Monseigneur, que jamais occasion ne sera meillieure pour corriger les desordres passes or ceux qui sont encore grandement a craindre dans Molins au moindre subiect que trouveront les seditieux que d'employer Son Aesse pendant quell'est sur les lieux de son seul nom et de son addresse elle l'a ira plus qu'un aultre avec un armee. Son credit et son authorite sont de si longuemain establys dans le Bourbonnois qu'a un moment elle remuera toute la province tous les officiers travaillerons avec grande joye soubz leurs commandements. Il no fault point de meilleur commissaire pour satisfaire Sa Mate et reparer l'offence qui a este commise contre son authorite. La punition qui sen ensuivera servira dun si grand exemple que les meschants deviendront sages, les gens de bien trouveront seurote en leurs personnes, les officiers du Roy auront leurs fonctions libres et en suitte tout d'une main il ne sera pas difficile de faire mesme cbas-tyement a ceux de Clairmont ea Auvergne ot aultres villes qui se sont eslognees de leur debvoir a quoy un prompt remede semble fort necessaire pour le biea du service du Roy et repos de ses fidelles subiects a quoy je contri-bueray jusques a la derniere goutte de mon sang. Ma vie a tousiours este en un peril si emineiit que ne voyant rien qui requiere ma presence pour le service du Roy et celuy du puplicq, Monsieur de gt Geran n 'ayant rien voulu entreprendre jusques a present, je n'ay voulu retourner a Moulins par lordre de Son Aease sur le reffuz qu'a faict ledict sieur de luy envoyer lettre portant asseurance de ma personne je soray prest nenntmoins, Monseigneur, de le faire quand il vous plairra me le commander. Je disposeray cependant mes amis et ceux sur lesquels jay credit de prendre les armes pour marcher au premier commandement qui leur sera faiet et en toutos choses vous me trouverez, Monseigneur, vostre treshumbl' et tres obeissant serviteur

Roy

Aus Fougues ce 4 aoust 1640
Il est arrive une petite rumeur a Montlucon qui na pas du grand effect.


Ce jourd'huy cinquiesine jour daoust 1640 a une heure de rellevee nous esche vins de la ville de Molins procureur du l'aient commun sur ladvis qui nous auroit este donne par l'exprocureur du faiet commun, qui auroit assiste monsieur le lieutenant g[e]n[er]al maire de lau[icte] ville au voyage faict au chastel de llontron pour y rendre les debvoirs au nom de ladicte ville a monseigneur le Prince, son altesse auroit retenu ledict Sr maire et mesme luy suroit commande de demeurer auclict Montron attendu que su personne nestoit en seurete au subiect des menasses laictes a sa personne dedans la ville et ch[aste]au dicelle par aucungs habitans des faulxhb[ourgs] nous aurions assemble dans lediet chasteau les capitaines des quartiers avecq la plus part des nottables de la ville et faulxbourgs pour en presence dudiet seigneur gouverneur nous donner advis do ce que debvions l'aire durant lab-sence dudict Sr maire et l'affaire estant mise en deliberation, se roi ont demeures dacord unanimement que les sieurs Bardon et Tri don deux de noua assistes des capitaines dos quartiers et doux dos notab[les] de la ville lun ayant qualite de tresorier de Prence et laultre de con[seill]er au prosidial, se transporteraient a Fougue pour voir monseigneur le Prince pour implorer son assistance dans le niallcur arrive en nostre ville, snyvant laq[ue]lle resolution serons partv le huitiesme dudiet moys d'aoust et le lendemain tmitiesme apres que son altesse nous auroit faict la faveur douyr nos tres liumb[les] remonstrences et supplica[ti]ons nous auroit dict fort aultement que nous estions tous coulpables pour la plus part de nous avoir tenu les bras croises lors de l'emotion, arrivee, navoir pris les armes ny obey a nos magistras, navoir pris les armes pour maintenir l'aucthorite flu Roy et repousse la violence des seditieux, questions criminelz de leze ma[jes]te et aultant et voire plus coulpables que lesdicts seditieux, que ponr satisfaire le Roy et nosseigneurs de son conseil il failloit rendre l'argent qui avoit este voile a deffunct Peche, faire justice des plus coulpables et se suubmettre enthierement aux volontes du Roy et questant dhuement infforme que nous nous foussions mis en nostre debvoir il sernploieroyt en n[ost]re faveur pour implorer la misericorde de Sa Maj[es]te, lesquelles parolles par noua et ceux qui aous assistaient estant rapportees a nostre retour en ceste ville ont tellement touche les espris de la plus grande partie de nos habitans que despuis ils se seroient disposes a porter ceux qui a voient de lardent de feu Peche de le rendre et mesme de les y contraindre. Et de faict l'unsiesme dudict moys daoustsurla parolle donnee par monsieur le gouverneur a ceux qui renderoient vollontairement l'argent dudict feu Peclie qu'il ne seroit contre eux infforme ny procedde extraordinerement, awcungs habitans se seroient trouves au ch[asto]au pour declarer largent qui estoit en leur puissance et le rendre a celluy de nous qui seroit prepose pour le recevoir et dau[ltr]es mandes aud[ict]ch[aste]au pour faire la mesme declara[ti]on sur ce quils ont desnies ou reffuses de rendre les argent par le commandement dudict sieur gouverneur ont estes emprisonnes...

Et le vingtcinquiesme dudict moys daoust nous eschevins susdicts estant alles au ch[aste]au sur les dix hoeure du matin avons aprins comme led[ict] seigneur gouverneur lanuict preceddente y auroit faict entrer sa compagnie de laq[uo]lle une partye estoit dans le faulbourg de Bourgonne pour escorter le visscn[ecn]al qui estoit alle dedans le logis du Cerf Vollan pour se saisir du nomme Rivet lun des prin[cip]aux chefs de sedition et incontinaut y est arrive led[ict] vissen[ech]al dedans un carrosse suivy de quelques archiers dans lequel estoit led[ict] Rivet et le ch[evali]er du Lourdone qui se seroit plaint d 'avoir este arreste prisonnier avecq led[ict] Rivet auquel le vissenfechjal auroit dict quil avoit heu subj'ect de se saisir de luy, attendu, quil avoit favorise led[ict] Rivet pour empesctier quil ne fust prins, sur-cruoy led[ict] seigneur gouverneur a commande audict ch[evali]er du Lourdone de demeurer dans le ch[aste]au et audict vissenfechjal de faire honne et sceure garde dudict Rivet et de luy instruire prompteuient son proces. Et quelque temps apres seroit survenu le nomme Anthoine Moreau mariniyer du faulbourg d'Allyer qui a genoux auroit remonstre audict seigneur que la prinse dudict Ri vet faisoit grand brui tet quil aprehendoit uneemotioa dedans son quar[ti]er sy on ne rendoit led[ict] Rivet Je suppliant de le mettre en liberte sur lesq[ue]ls discours led[ict] seigneur auroit commande au lieutenant du vissen[ech]al d'arrester led[ict] Moreau. Et laprea diflee les capitaines du d[ict] laulh[ourg] d'Allyer sont venus jusques a deux foys dedans le ch[aste]au, la premiere pour faire entendre que larrest dudict Moreau causerait un plus grand bruit que l'emprisonnement dudict Rivet et lan[ltr]e quils nestoient les mais tres dedans leur quartier ny ne pouvoient empescher le peuple do se mouvoir, le supplainfc de leur donner un ordre et de leur permettre de se tenir a la porto de la ville, en consequence de quoy ledict seigneur nous auroit enjoint pendant le temps qu'on fairoït le proces audict Rivet de mettre des gardes aux portes et de baisser les grilles lesquelles nont pas sy tost este baissees que nomofre] de personnes du faulb-[ourg] d'Allyer conduite comme Ion nous at assure par les nommes Lachenay, La Marion, Basiiargent et au[ltr]es se sont presentes avecq armes et longs boys a la porte d'Allyer, aucungs ont sonne la closche du grand pont asse long temps, daultres sont alles dans les faulxbourgs des Cannes, Bourgonne et Paris pour les esmouvoyr, et se joindre avecq eux, leur faisant entendre que lon faisoit le proces aud[ict] Rivet sil nestoit promptement secouru, et mesme aucungs seroient entres dans le couvent des Augustins et ont de mesme sonne la cloche pour donner lalarme et esi ter le peuple comme Ion avoit faict au faulooarg d'Allyer, et pendant quon scmnoit la cloche lesd[icts] Lachenay, Basdargent et aultres leuirscomplices en grand nombre auroient tires plusieurs coups darquebusades et fusilz a ceux qui estoint en garde a la porte d'Allyer, taclies avecq des longs boys de lever la grille pour entrer dans la ville et executer mauvays dessaing dont ilz auroient estes repousses par les habitans la ville qui estaient en garde a ladicte porte et sur les murailles lesquels habitans ont tirés divers coups darquebusades dont il y avoit heu deux habitans tues et demeures sur la place qui sont les nommes Paradys et Grethon et dau[ltr]es blesses en grand nombre dont nous nauripns peu scavoir le nom et a linstant lesd[icts] Lachenay et au[ltr]es de sa suitte estans repousses auroient faict un second effort a la porte de Bourdonne ayant tire plusieurs coups darquebusades, mousquests et fusils dont deux habitans de la ville commandes par le sieur ad[voc]at Menudel audict quartier auroient este blesses qui sont le sieur chjateljain Darisolle et lhomme du sieur le Brasseur ce qui auroït ocasionne led[ict] sieur Memtdel de commander a ceux de la garde de tirer de leur part pour repousser lesdicts seditieux ce quayant este faict et led[ict] Lamarion Liesse se seroient lesd[its] seditieux retires dans leur quartier avecq menasses daffamer la ville, de pendre et tuer tous les habitans dicelle quilz rasurroient attraper. Ce faict lesdicts seditieux estant retires et repousses messieurs du presidial, qui sestoient assembles dans le pallais, sur le refus du vissen[ech]al dy conduire led[ict] Rivet, se sont transportes dans le ch[aste]au pour louyr et procedd'er au jugement de son proces par lequel comme lun des prin[cip]-aux aulteurs de la sedition, il auroit este condampne a mort et sur le chempt execute dans ledict ch[aste]au a une fenestre par un boysiero tires des prisons pour navoir peu trouver lexecuteur de la haulte justice ny un charpen-tyer pour faire et dresser une potence au nieilleu de la place publicque laq[ue]lle execution estant ainsy faicte aurions aprins que lesdicts seditieux avoient arreste dans le faulbourg de Bourgonne deux des cavallyers de lad[icte] compagnie dud[iet] seig[neur] gouverneur, et dedans le faulbourg d'Allyer prosche le grand pont le nomme Dechiny habitant de la ville quils menassoient de pendre sy on ne leur rendoit led[ict] Moreau, eu qui nous auroit oblige de supplier led[ict] seigneur de nous donner led[ict] Moreau contre lequel quant a p[rese]nt il ny avoit aucune charge pour le remettre ce quil nous auroit accorde. Et en deslivrant ledict Moreau ausdicta seditieux conduicts par led[ict] Lachenay ils auroient remis les d[icts] cavallyers et Decluny qui sont rentres dans la ville et en se retirant led[ict] Lachenay et aultres de sa suitte fust dict par lun deux quils avoient celluy quils demandoient que nous heussions a nous bien desfendre car il ny avoit jjoint de paix ay de quartier pour nous, en séquence desquelles menasses et de es que le lendemain deux habitans du faulbourg de Bourgonne appelles Leprovansal serruryer et Lagarde assistes dequelq[eus] au[ltr]es incongnus avoient voullu empesher dentrer des vivres par la porte de Bourgonne mis leur arquebuses en joust contre les sieurs Cousin et Delamure con[seill]ers'qui estoient en garde, nous aurions continue de tenir les portes fermees et les grilles baissees a la reserve des guichets qui ont este ouverts apres le midy et estant le s[ieu]r Perrin capitaine du quartier d'Allyer entre dans la vifle avecq aultres de sond[ict] quartier il nous at assure que Paradis serg[ent] du quartier tue le jour dbier devant sa maison avoit pris les armes par son ordre et que tant luy que ledict Paradis et aultres de son quar[ti]er navoient peu repousser lesdicts séditieux ny empescher quils naprochassent la porte de la ville pour nestre les plus forts.

Et le vingt septiesme dudict moys daoust sur ladvis qui nous auroit este donue qu'acungs des seditieux faisoient retraite et que les hons hahitans du faulbourg d'Allyer sesoubmettoieut de tenir main forte au vissen[ech]al pour sen saisir et faire justice nous nous serions transporte au ch[aste]au pour en advertir ledict seigneur gouverneur lequel sur le chempt a mande led[ict] vissen[ech]al auquel il auroit faict entendre la bonne vollonte desdicts habitans, neantmoings led[ict] vissen[ech]al nauroit voullu sy transporter dans la desfience quil avoit de sa personne ce qui auroit oblige ledict Perrin capitaine par lordre dudict seig(neu]r gouverneur de sassister des bons habitans de sou faulbourg pour se saisir desd[icts] seditieux, et de faict ayant pris les armes il auroit suivy le nomme Gilbert Bernardon dict Basdargent jusques au couvent des peres jacobins assis audict faulbourg dans lequel apres avoir faict dhure perquisition il lauroit pris prisonnier et conduicl au ohfaatejau ou sestant trouve ledfictj s[ieu]r lieutenant criminel lay a este deslivre led[ict] Bernardon par leclfict] seig[neu]r gouverneur pourluy instruire son procce qui auroi teste faict le mesme jour. Et le lendemain led[ict] Bernardon a este juge dans la chambre du conseil condampne a mort comme un des chefs de sedition et execute au meulieu de la place publique, par lexecuteur de la haulte justice aveccj un escriteau contenant que ledict Bernardon estoit l'on des chefs de sedition. Et despuis aurions aprins que les aultres chefs de sedition ont quitte la ville et se sont retires dans les boys, dont et de tout ce que dessus avons dresse le procesverbail pour servir ce que de raison, les jour et an susdicts

[подписи]





Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3234
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 16.12.09 23:49. Заголовок: Monseigneur, nous av..


Monseigneur, nous avons differe de Vous randre raison do ce qui c'est passe en ceste ville pour l'advis que nous Vous avons donne de la sedition qui y est arrivee et des seings que nous prismes pour lors d'y contenir chascun dans son devoir jusques a ce que nous eussions nouveau subiect de vous iustifier par les esffects l'affection que nous avons tesmoigne au service de sa Mate faisant un chastiment exemplaire des aulteurs et eoulpables de ceste esmotion, assassinat et vole qui s'en sont ensuivis et qui a este conduict de la sorte qui sensuict scavoir que ladicte esmotion pris sa naissance ayant continue un temps assez considerable en sorte que nous estions dans une entiere impuissance de nous saisir des dicts coulpables n'y pouvoir informer contr'eux comme voux l'avez peu aprandre par le recit particulier qui vous en a este faict par le lieutenant general et maire de ladicte ville quy vous en a plainement informe par les siennes. Monsieur le gouverneur fist une assemblee au chastcau composee des deputes de toutes les compaignies, capitaines et principaux hobitans des quartiers tant de ladicte ville que dos faux-bourgz par le moicn delaquelle les esprits et volontes ayant este en quelque façon reunies pour le service du Roy et tranquillite publicque les capitaines des quartiers des dicts faulxbourgs se saisirent de quelques habitans accusez d'avoir voile nuictament dans les maisons d'iceux desquelz le procest ayant este instruict par le visseneschal de ce pais par jugement presidial nous condannasmes a mort l'un d'iceux, doux aultres aux gallaircs perpetuelles et pour les aultres surcismes a les juger jusquos a ce qu'eussions plus de preuve nesen trouvant pour lorsdesuffisunte. Ce jugement ayant este execute l'on en retira ce fruict pour le service du Sa Maieste et bien du public, que les entreprises des seditieux, leurs menasses et assemblees n'estoient n'y sy frequantes n'y sy ouvertes, neantmoins parce que les principaux auteurs de la sedition avecq leurs comptasses demeuraient impunis que pouvoient en attirer d'aultres a leurs mauvais desseins et que par ce moien Sa Maieste n'estoit satisfaicte nous avons tousiours inciste et represante a mondict sieur le gouverneur qu'il estoit necessaire de los aprehander et chastier rigoureusement pour coupper le mal dans sa racine ce qui nous a reussit heureusement par la rencontre peu de temps auparavant de l'arrivee de monseigneur le prince en ce pais et seiour qu'il y a faict tant en sa maison de Montrond qu'a Fougues ou son altesse prcnoit dos eaues vers laquelle toutes les compaignies de lad[icte] ville ayans depute comme aussy les quartiers des fauxbourga quelques uns choisis d'entr'eux pour luy randre leurs devoirs elle leur a laict congnoistre le malheur ou l'on s'estoit plonge par ceste sedition duquel on ne pouvoit aultrement sortir que par la restitution des deniers du Roy qui avoient este voilez apres l'assassinat du sieur Puesche par laquelle il falloit commancer et encor par un chastiment exemplaire des coulpables do lad[iete] esrnotion mais particulière nient des aulteurs d'icelle. Ces discours part ans de la bouche d'un sy grand prince esgallement ayme et redoute par tant de tiltrcs qui y obligent, les habit ans de lad[icte] ville mais particulierement par le bonhoeur qu'elle a heu d'avoir este pendant quelques annees soubz sou gouvernement, ils firent ccste impression dans les esprits des mutins de leurs faire recongnoistre leurs fautes, les disposer a randre led[ict] argent, desunir la plus grande partie d'entr'eux et porter les fidelles sibiects du Roy qui n'avoient trampe dans ce desordre a se randre eux raesmes executeurs de la capture desdicts coulpables en sorte que quelques uns volontairement ont rendu, l'argent qu'ils avoient pris et mondict sieur le gouverneur se servant de ceste favorable ouverture qu'il avoit a servir sa Maieste fist saisir quelques aultres accusés partie d'avoir voile ledict argent qu'ils ne vouloient randre partie d'avoir trampe dans ladicte sedition, lesquels ayant livre au lieutenant criminel de nostre siege il travailla dilligemment a l'instruction de leur proces, mais par le rapport d'iceluy d'aultres s'estans trouvez chargez quy n'estoient detenus prisonniers qu'il serait impossible de convaincre s'ils ni leurs estoient auparavant confrontez il fust advise de decrotter contr'eux et les faire amener en la consiergerie du palais ce qui fust execute contre tous les desnommez au dict decret a la reserve d'un, seul. Du despuis parce que les principaux aulteurs de ladicte esmotion vaquoit tousiout's impugnement au moien dequoy elle se pouvoit renouveler ledict visseneschal par le commandement de mondict sieur le gouverneur ayant arreste prisonnier le nomme Rivet l'un des chefs d'icelle le conduisit au chasteau ou luy ayant instruict son proces, nous nous y transportasses aussy par son ordre sur ce qu'il nous fist dire par ceux que nous avions depute pardevers luy pour luy faire des rcmonstrances sur ce subiect qu'on ne pouvoit mener ledict Rivet en la consiergerie du palais pour estre juge selon les formes et de la conduict au suplice en la place publicque pour donner terreur tant a ses complisses qu'a tous les aultres habitans et ce en considera[ti]on des efforts qu'on faisoit pour forcer les portes de lad[icte] ville quy avoient este pour ce subiect fermees comme les grilles abattues sy bien qu'on ne pourroit avecq seurette executer le jugement qui interviendrait de telle sorte qu' aprez les formallites sommairemant observees tout autant qu'il est necessaire en telles matieres nous le condannasmes a estre pendu et estrangle ce qui fust execute a l'instant audict chasteau. Pendant que toutes ces choses se passoient le reste des mutins du fauxbourg d'Allier entreprirent de rompre lesdictes portes et forcer les grilles de lad[icte] ville mais ils furent vigoureusement repoussez par les habitans d'icelle qui y estoient en garde dont aucuns ayans receu quoique coups ils en blesserent plus grand nombre desdicts mutins en tuerent un d'entr'eux sur la place en sorte qu'ils furent contraincts de se retirer sans effect n'ayons peu faire joindre auparavant a leurs desseins et entreprises les habitans des aultres fauxbourgz qui en firent refus a toutes les sommations qu'ils leurs en firent. Le vingtsixiesme iour suivant s'estant escoulc dans des mesfiances de part et d'aultre et garde exacte qui se faisoit par les habitans de lad[ictc] ville, le vingtseptiesme par le commandement de mondict sieur et de nos advis les habitans dud[ict] faulxbourg d'Allier se saisirent d'un aultre chef de ladicte sedition nomme Gilbert Bernardon dict bas d'argent auquel led[ict] lieutenant criminel ayant instruict son proces avecq aucuns dud[ict] siege le iour d'hier vingt -huicti[esmc] dudict mois nous le condannasmes a estre pendu et estrangie et neantmoins auparavant l'execution de nostre jugement conformement a iceluy l'aplicasmes a la question ordinaire et extraordinaire pour tirer preuve par sa bouche de ses complisses et aultres circonstances de lad[icte] emotion, assassinat et vol dont le presidant et lieutenant criminel dudict siege raporteur du proces n'ayans peu avoir aucune lumiere pour lors il en declaira du despuis quelque chose volontairement audict lieutenant criminel lieutenant particulier et procureur du Roy peu de temps auparavant qu'il fust execute ce qui fust faict en la place publique sur les cinq heures du soir du mosnie jour. Nous travaillerons encor demain sans discontinua [tio]n au jugement du proces des aultres accusez, ferons une exacte recherche des complisses de lad[icte] sedition les punissans sevairement et contre les absaos procederons par jugemens de contumaces pour tesmoigner a Sa Maieste Tardante affection qu'avons pour son service, noubliant rien du devoir de nos charges, establir une parfaicte obeissance voire aveugle dans le coeur de ses subjects a tous ces commandemens et reparer entierement l'injure qui iuy a este faicte et su public a quoy nous estans jusques a ceste heures employez avecq succez tel que nous Vous l'avons descrit ce que Vous pourrez aprandre par les procedures qui Vous sont envoiees, nous esperons aussy que nous remporterons co tesmoignage aupres de Sa Maieste de nous estres acquittez dignement de nos charges sy tant est que Vous nous preniez soubz vostre protection comme nous avons droict dy recourir sans laquelle nous ne pouvons rien et que Vous serez aussy mediateur envers elle pour faire sentir les effects de sa clemense ordinaire a ses pauvres subjects de ceste ville de Moulins qui contribuent toutes leurs forces a luy effasser la memoire du passe et ne respirent aultre chose que sousmission et obeissance a toutes ses volontez. Accordez nous Monseigneur ceste grace pour recongnoissance de laquelle nous ferons des veuz continuel a pour vostre prosperite et Vous tesmoignerons que nous sommes pour jamais avecq toute sorte de respet, Monseigneur, vos tres obeissans et tres humbles serviteurs les officiers de la seneschaulcee de Bourbo[nnais] et siege presidial estably a Moulins

[подписи]


Monseigneur, c'est avec deplaisir que je suis oblige de vous envoier un proces verbal de la plus haulte sedition qui puisse estre. Je vous supplie de croire que j'y ai apporte toutes les soings a moy possibles, mais j'ay este abandonne de tout le monde et n'ay tire assistance que des nommees en mondit proces verbal. Il est vray que tous les officiers et principaux bourgeois sont a leurs vandangcs, et neamoins si j'eusae eu cent hommes avec moy bien resolus je vous puis assurer, Monseigneur, que j'eusse bien empesche'la sedition. Si jettes l'oeil sur mon proces verbal vous voires comme j'avois retabli le bureau de la subvention et les commis aux portes, assiste des maire et eschevins seulement, et comme le tout c'estoit passe fort doulcement et sans bruict. J'oubliois a vous dire, Monseigneur, que la sedition eust este bien plus grande si on eust scue que Monsieur le mareschal de Brese fust parti pour la Catalogne ce iour la, mais je fis courir le bruit qu'il venois au subiect d'un courrier que je lui deppeche pour l'informer de ce qui c'estoit passe. Cependant jai mande toutes les prevosts avec leur compagnies, toutes les capitaines de la ville, les principaux bourgeois et toutes les officiers du presidial et des aultres compagnies de se rendre incontinant en la ville pour voir ce que l'on poura faire soit pour chastier quelques sediteux que pour faire obeir le roy. Quoi que ce soit je ne quitteray point sans vos ordres ou de monsieur le mareschal, ce qu'attendant je demeuray, Monseigneur, votre tres humble et tres obeissant serviteur

D. de Heer
d'Angers ce 22 octobre 1641



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3249
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 20.12.09 18:28. Заголовок: Monseigneur, je vois..


Monseigneur, je vois lîicn qu'il se failli soustenîr dans les affaires difficiles avec ses propres forces. Celle dans laquelle je sins embarqué n'est pas des moindres puisque tout le monde m'abandonne ou s'oppose a mes dès-seings. Toutes les villes de cette province ont secoué le joug et te droit na s'y levé plus ou s'y levé précairement en attendant le secours que le Roy nous vouldra donner qui désormais ne scauroit venir que tard. Le fermier et ses commis g[e]n[er]aux nous ont malicieusement abandonné au plus fort de nos affaires dont je nay trouve aucun en cette ville sestans retirer au premier bruict qu'ilz ont eu de mon retour, ont emporté tout l'argent des bureaux et laissé quelque commis particuliers et quelque peu de gardes si estoniiez de cette retraicte inopinée que tous auraient quitté a leur exemple sy je n'y eusse tenu la main. Le peuple de cette ville ou plustost quelques personnes mal affectionnées au service du Boy voyant cet abandonnèrent si public et ceste absence si soudaine au retour du commissaire a pris sub-ject de publier que le droict de subvention estoit révoqué et deslors ceux des commis particuliers qui estoient demeurez prés de moy commencoient pas-saiis par les rues de la ville d'estre maltraitez. Mais la diligence que j'ay apportée a estouffer ce bruict a empesché le mal qui estoit sur le point de causer un grand scandai. Mais dieu mercy cela a esté dissippé heureusement. Et comme teis bruicts font un grand progrés en peu de temps, en moings de vingt quatre heures Hz furent respandus par toutes les villes de cette eslec-tion ce qui m'a obligé descrire aux officiers des lieux qu'ilz eussent a desabuser le peuple et a informer contre les aucteurs de ses fausses nouvelles. Enfin, Monseigneur, pour retenir cette ville dans l'obéissance, je tonne, je menace, je faicts grand bruict et peult estre que cela les retiendra encore quelque temps. Mais il est grandement a craindre qu'a la fin le mauvais exemple des aultres villes no les corrompe. A la vérité Ferry le fermier et ses commis (qui a mon opinion n'agissentdeça que par son ordre) ont grand tort. Je ne scay pas de quclz artifices ila usent auprès de vous, Monseigneur, pour colorer leur mauvais proceddés, mais ilz ont tout gasté deçà et je vous puis assurer que jamais affaire n'a esté si mal conduicte que celle cy depuis le commencement jusques a la fin, et que l'on ne pouvoit pas employer dans un nouvel establissement pareil a celuy cy un plus malhabile homme que led. Ferry qui est homme fastueux, aspre au gain, hault a la-main et en tout luy et ses commis sans foy et sans parole. J'ai trouvé à mon retour en cette ville qu'ilz ont donné des ordres contraires aux miens et exigé des sommes notables non deues par ce moyen, dont les eschevins m'ont faict des plainctes publiques et sur lesquelles il îauldra de nécessité que j'ordonne de grandes restitutions. Mais je ne puis pas remédier au mescontentement que cette exaction a légitimement causé dans l'esprit du peuple, les aucteurs s'estans retirez apparemment pour se soustraire a la justice et de crainte d'estre punis. Certes je me répons d'avoir agy avec tant de douceur par le passé avec led. Ferry et ses commis craignant quo ma dissimulation ou ma patience ne leur ayt donné le courage de faire toutes leurs vexations. Les compositions qu'ilz ont faictes par toute la province et que j'ay tolérées a cause qu'il y a un article exprès dans leur bail pour cela ont excité de grandes pi aine tes de toutes parts. Et j'estime, Monseigneur, qu'il seroit fort a propos ou de retrancher tout a faict ce pouvoir ou le restraindre et-les obliger de n'en faire aucunes que de l'advis du commissaire et pour obliger tout d'un coup plusieurs personnes ensemble. Je vos supplie, Monseigneur, leur en donner un aultre que moy, car certes je ne suis pas leur homme et pour vous dire franchement ma pensée, jay grande répugnance n tenir tousjours les armes a la main pour combattre ou deffendredee personnes qui sont si insatiables et qui ont des intentions si contraires au bien delà justice. Lon aurûit peu lever les mesmes choses qui ont esté levées dans cette pryvince avec moings de bruict si jousse esté creu et je vous assure Monseigneur que le peuple se plainct plus de la forme du proceddé que de l'imposition, ces fugitifs ayant en mon absence exercé dans la Limagne leurs commisî-cns avec beaucoup de dureté et de concussions si les plainctes que l 'on ma f ai-cte en cette ville contre eux a mon retour de hault Auvergne sont véritables. Je suis, Monseigneur, vostre treshumble et tresobeissant serviteur

Dechaulnes
A Clermont le 25 juillet 1642


Monseigneur, je suis obligé clé vous donner advis que iay desia faict exécuter ceux des principaux autheurs de la révolte du Pardiac et du vol des deniers du Roy faict par eux a Plaisance. Ce na pas esté sans peine, puisquil les a fallu aller chercher dans les bois et du coste des monts Pyrennées. Jen ay encore pris trois ou quatre des plus séditieux et qui estoient chefs des autres auxquels jefaicts le procez ayant discontinué pour la rêver ance des Bons Jours. La désobéissance et obstination de ces peuples de Gascogne a ne vouloir pas mesme imposer les deux derniers quartiers do la taille nest pas imaginable, et il semble a les entendre parler que cest par arrest du Conseil quïlz ont esté deschargés. Je faicte touts mes efforts pour les desabuser et pour obliger a imposer les deux derniers quartiers qui ne lont pas faict lannée passée a quoy je advance peu quel soin et quelle diligence que jy apporte. llz ayment mieux abandonner leurs maisons et leurs villes ny laissant que des femmes, et syje ne les traitois avecq doulceur pour les faire retourner dans leurs maisons, je crois quilz, déserteroient toutes les villes et villages, Ce nest pas que lus Vice-Séneschaux et autres, que jay avecq nioy, ne vivent avecq ordre, vous asseurant, Monseigneur, que je les fais payer partout où ilz logent, et quilz ne font aucune violence; mais cest par la crainte quilz ont de se voir réduits et contraints au payement des deux derniers quartiers de la taille, quils se figurent estre une seconde taille, et sen plaignent comme dune surimposition. Je ne vous escriray point icy le détail de laffaïre du Fardiac, que je diffère jusques a ce que je laye mis en tel estât que vous puissiez recepvoir satisfaction de mon procédé...

Charreton
Martiac, 5 avril 1643




Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3255
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 21.12.09 20:18. Заголовок: Monseigneur, le sile..


Monseigneur, le silence est blasmable alors que la parole est nécessaire,et estant attache, comme je le suis et comme je doibt l'estre, au service du Roy et a l'observation des vos commandemens, je ne puis vous taire ce qui se passe au pais de Ruergue, dans mons proche voysinage, et dont l'exemple set desia généralement regardé de tous les peuples voysins, à qui la grande et incroyable misère peut donner de fès mauvais conseils, qui ne pourroient estre suyvis que de leur ruyae entière. Monseigneur, je crois que vous aurez sçeu ce qui arriva, il y a huit jours, dans Villefranche à Monsieur de La Terrière, intendant de la justice en ceste province de Guyenne, de qui, par des prières et remonstrances armées, une troupe esmeue et composée de deux ou trois mil personnes arracha des ordonnances selon leur intention dans le couvent des Cordcliers, où il s'estoit retiré. Il falloit qu'il calast voile, et que sa prudence cédasî à la force. Monseigneur, du depuis, ceste bande ou assemblage de soldatesque et peuple armé a fort grossy en roulant, puisqu'il est certain que de tous endroits de ce baillage (qui est de grande estendue) on a accouru en trèsgrand nombre et en armes à Villeîranche, pour y advoûer et soubscrire les mouvemens commencez. Ils protestent, Monseigneur, de vouloir payer exactement les deniers du Roy et de n'en vouloir qu'aux partisans, à cause, comme ils disent, de leur estresme pauvreté et de leur impuissance incroyable. Le mal est fascheux en sa source, et très-dangereux en sa courne ou progrès. Monseigneur, je ne suis pas homme que les phantomes effrayent, et j'en parle sans autre intérest que celuy du service du Roy, mais cognoissant la langue et le païs je crains, avecq de visibles conjonctures, que le trouble est dêsià tel et la rage sy estresme de ces gens-là, que non-seulement les sages seraient désormais bien empeschez de modérer, par discours ou par adresse, ceste sédition, mais aussy ceux qui ont authorité et commandement ne le sçauroient faire par des simples menaces. Cependant, quelques-ungs, qui se font de (este et qui peutestre, en partie, jettent la pierre et cachent la main, amusent Monsieur de La Ter-rière, qui est à Montauban, à dix ou douze lieues d'icy (qui en valent vingt de France), luy mnndant qu'on quitte les armes ou qu'on les met bas, et néant-moins, aujourd'hui comme hier, on faict de grandes assemblées avecq armes, et, à l'heure que j'ay l'honneur de vous escrire, dans ma maison, qui est fort eslcvée, j'entends battre les tambours au-delà de la rivière de Lot. Ceste esmotion, Monseigneur, qui est numéreuse et violente, n'a pas besoin de remèdes lents: difficile enim postcà seditio, defectoique adulta coercetur...

de Montbrun
A Montbrun, du Hault-Quercy, 10 juin 1643


Monseigneur, deux affaires se présentent dans la province, dont je suis obligé de vous rendre compte, afin qu'il vous plaise d'y donner au plustot les ordres nécessaires.

La première, Monseigneur, est un arrest du parlement de Tolose, dont j'ay ioint la copie a cete lettre. Les esprits brouillons en ont pris prétexte d'animer le peuple en divers endroits et de le porter a refuser le payement des impositions, principalement au haut Languedoc d'où ceux qui ont les levées des deniers imposes en vertu des commissions extraordinaires, sursises par cet arrest, se sont retires, m'ont porté leurs plaintes et m'ont demandé sauvegarde et protection pour leurs personnes. L'on escrit mesme q'ua collecteur a esté tué dans Tolose par la fureur du peuple, et il en a peu manqué qu'a Lavaur il n'en soit arrivé autant. Les bruits courens ont amplifié 1 •'arrest au delà de ses termes, et l'on ne scauroit tirer de lesprit du peuple qu'en verteu de cet arrest il n'est obligé qu'a payer lanciene taille royale, que les comissions extraordinaires mesme celle des intendans sont révoquées et que doresnavant il ne leur faudra reconoistre autres ordres que ceux du parlement. Je tache a dissiper tous ces faux bruits et jusques icy je ne vois pas quil y ait grand mal, mais les suites sont a aprehender, dautant plus que je voy, que sous prétexte du bien public les evesques de quelques diocèses, dont ils sont les mestres absolus, n'aportent pas tout ce qui est en leur pouvoir pour confirmer le peuple dans le devoir. J'en donnais avis des la mort
de M.le cardinal et prévis des lors par une asaamblee mouopolie qui se fit dans le diosese de Narbonne, que les esprits se disposoint a ne plus obéir avec tant de facilité quils avoint fait par le passé- J'en fis procédure, décrété, laffere portée au Conseil. J'en ay escrit a M- d'Heniery afin d'avoir un arrest confirmatif de mes ordonances, il a este trouvé juste, mais je lattcnds depuis trois a quatre mois. Jay veu lescommencemens des séditions de la Gniene, et quoi que je conçusse la différence des esprits et du gouvernement do cete province et que je sache qui! n'y ait pas présentement raison daprehender les mesmes mouvemens en celuy, néanmoins il est très certain, que si les deux compagnies souveraines de la province ne sont retenues dans l'ordre, et si les prélats ne sont escortes a tenir la main a lexecu-tion désordres du conseil. Ion verra en peu de temps le peuple csmeu, non point de soy mesme, car il en est incapable en ceto province, mais par le mauvais exemple qui leur sera donné...

Bosquet
A Montpelier le 22 juin 1643


Monseigneur, vous verrez, par la relation joincte à la présente, que les séditieux de Villefranche ont refusé les propositions les plus doulces et 3es plus favorables que des criminels pourraient souhaitter, et qu'ils renvoyent l'affaire à la négociation du sieur de St-Vensa, qu'ils disent estre à la Cour. Alnsy, pour ce regard, je ne puis plus agir, ny par justice, nj: par accommodement, jusques a ce que j'ay de nouveaux ordres: par justice, puisque, oultre que je ne suis pas assez fort, il m'est ordonné d'attendre ung second commandement avant que d'exécuter l'arrest du Conseil, par accommodement, puisque les habitans de Villefrancbo n 'en veulent point ouyr parler, et se rapportent à ce que le sieur de St-Vensa fera à la Cour. Je coatinueray seulement à donner advis, tous les ordinaires, de ce qui se passera, en attendant vos commandemens, et comme ma relation vous fera voir les entreprises du Parlement au préjudice des lettres, advis et arrests de Leurs Majestez, je recours à vous, Monseigneur, comme à nostre chef commun, affin de leur lier îes mains et leur imposer silence... S'il plaisoit à Leurs Mnjestez de faire voir à cests Compagnie leurs bras levez pour les chastier, je ne doubte point qu'ils ne plyassent aussitost, car les Gascons, à moins que de voir le baston et le coup prest à frapper, difficilement se réduisent à la raison, lorsqu'ils orit une fois pris l'essor...

Charreton
Montauban, 15 juillet 1643




Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3293
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 25.12.09 22:21. Заголовок: Monsigneur,... jay ..


Monsigneur,... jay esté adverty que le prieur Cariolisfilz au feu près. Cariolis qui fust par un mesme arrest condemné avec son père a avoir la teste tranchée pour les séditions arrivées en ce pays cy du temps qu'on y vouloit establir les esleus est a Paris pour tacher d'obtenir une abolition, ce qui m omige de Vous faire scavoir que ayant este un des principaux autheurs des séditions qui arrivèrent en ce pays et que les esprits ne sont pas mieux disposés qu'ils estoyent lors s'il sen présentent occasion, il scroit a propos de lu y laisser traisner son lien affin que si par hasard il seschapoit on eust de quoy le chaslier son procès estant tout faict et cela ne luy faira point de tort parceque il ne laisse pas de demeurer depuis sept ou huict ans en ceste ville et de donner ordre a ses affaires domestiques mais avec plus de retenue que sil estoît absouls.

On m'a aussy donné advis que le filz aisné dud. feu président Cariolis se veult pourvoir au conseil pour tacher de rentrer dans la charge de président de son père que M. de Paule possède depuis dix ou douse ans.Mais comme cest le seul exemple qui fust faict de touttcs les folies et les séditions qui
arrivèrent en ceste province desquelles led. sr Cariolis pera îust le principal autheur jay pensé Vous debvoir faire scavoir qu'il serait de très périlleuse conséquence d'y toucher. Il se voudra peustestre appuyer de Monsignour le duc d'Orléans comme prétendant d'avoir esté conderniîé pour avoir trempé dans les mouvements de six cents trente deux et neantmoins il ne fust point condemné pour cella, mais il est vray que pour evittcr la punition des crimes dont il estoit accusé il alla trouver Monsigneur le duc d'Orléans au ch[ât]au de Braucaire espérant par son moyen faire son accommodement ce qu'il ne pust obtenir, au contraire il fust excepté nommem[en]t par le traicté qui fust faict depuis...

Champigny
A Aix ce 28 juillet 1643


Monseigneur, vous verrez, par les relations joinctes à la présente, ce qui se passe en Rouergue, et comme Monsieur de Noailles penche ung peu en faveur de sas anciens amis et hostes. Néantmoins, je puis dire avecq vérité qu'il a grand dessein de marier le service du Roy avecq la justification des coupables, mais, comme il est impossible, aussy faici-il souvent ung pas trop favorable pour les séditieux, comme vous verrez. Monsiegneur, je ne vous ennuieray point icy de tous les desseins chimériques qu'ils se forment soubz la protection du dit sieur de Noailles, mais je vous diray seulement qu'ils se vantent de sortir de ce mauvais pas, sans advoûer que ny le général, ny le particulier, aye failly. Je sçays, Monseigneur, que le Roy est père de ses peuples, et qu'il les traite dulcement et avecq clémence, lorsqu'ils recognoissent leurs faultes, mais il faut qu'ils les recognoissent, qu'ils obéissent et qu'ils demandent pardon, mesme dans leurs grands crimes comme celuy-cy et d'une sy grande conséquence. Il a esté tousjours pratiqué soubz vous. Monseigneur, que deux ou trois chefs de révolte ou soublèvement ayent esté chastiez, c'est pour l'exemple qui est sy nécessaire en ung païs comme celuy-cy où les esprits, prompts et bouillants, ne s'arrestent jamais par la seule raison, et où il ne se passe point d'année sans sédition ou soublèvement, quoyque mesme souvent il s'en fasse des punitions exemplaires. C'est ce que j'ay creu cstre obligé de vous représenter, Monseigneur, puisque, tenant le timon et le gouvernail de la Justice, c'est aussy de vous de quoi dépendent ces résolutions, que j'attendray de vostro équité...

Cliarreton
de Saint-Anthony, 10 aoust 1643


Monseigneur, j'ay esté obligé de faire une ordonnance dont jo vous envoie copie pour enîpescher la famine qui mcnassoit cette province, elle ne fps pas plustost publiée que le blé ramenda de quatre livres sur septîer, et si les deniers du roy en seront beaucoup mieux paies, d'aultant que les collecteurs ne manqueront de faire paier les particulies habiians aussitost qu'ils auront vendu leurs blés. Véritablement Monseigneur c'cstoit chose j.iitoiable de voir enlever par des marchands forains tout le blé que les collecteurs fesoint vendre a vil prix, on n'en portoit plus dans les marches et ialloit livrer des batailles pour en faire venir aux villes. Je suis obligé Monseigneur de vous advertir que l'on mené quantité de blés a St. Malo, et qu'il est très difficile d'empescher les habitans de cette ville la de trafiquer en Espagne. Je viens présentement Monseigneur d'apprendre que les habitans de Bourgueil et autres paroisses voisines commencent de s'ennuier de ne point sortir de leurs villes et bourgs, et ont député vers moy pour demander pardon et se soubsmettre a tout. Je les attends, je seray bien ayse qu'ils y viennent de la sorte. J'avois deffendu aux sergens d'aller en ces paroisses •]a crainte de les émouvoir davantage, mais je les fcsois observer dans les aultres villes et marches dos lieux circonyoisins de sorte qu'ils estoint reduist ^ no sortir de ches eux. Je souhaitterois que les habitants de Ste Maure, Pressigni et quelques aultres de Tourraine qui sont aussi dans la rébellion se recogneussent, lors qu'ils voient des sergcns pour les tailles ils prennent les armes.

Pour ces petits sediteux d'Angers Monseigneur qui s'estoint faict nommer sindics des paroisses je les ay rangé a leur debvoir. J'ay cassé leur sindicat, et fais en sorte que toutes les habitans de cette ville qui estoint divisées et prests de s'entrecouper la gorge les uns aux aultres sont a présent en bonne intelligence, ils sont toutes demeurées d'accord que les comptes de la ville s'examineront pardevant moy en présence du corps de ville et des députes que les paroisses y envoiront, et cependant que les deniers imposées pour les arrérages des routes se lèveront. Les habitans de la ville d'Angers se sont aussi remis aux bonnes grâces de Monsieur le mareschal de Brezé. Je vous supplie très humblement, Monseigneur, de m'honorer tousiours de vostre protection et me tenir, Monseigneur, vostre très humble très obéissant et très fidel serviteur

D. de Heer
D'Angers ce 15 auost 1643.

Depuis ma lettre escrite Monseigneur ceux de Bourgucil me sont venus trouver et après m'estre un peu tenu ferme je leur ay promis de tout oublier pourveu qu'ils fissent les roolles. missent de bons" collecteurs et advancassent un quartier et ce dans huicttaine ce qu'ils ont promis faire, et cependant ils n'auscnt sortir que cela ne soit exécuté.



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3375
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 30.12.09 02:01. Заголовок: Monseigneur, ayant i..


Monseigneur, ayant informé Messieurs des finances de temps en temps des difficultés qui sont survenues dans cette province, a la levée des tailles et subsistances, depuis le decedz du roy, je scay qu'ils n'ont manqué d en faire rapport devant vous, au conseil, et ay reccu plusieurs expéditions gereralles et particulières pour ce pays, affin de détromper les peuples des faux bruicts de remises des années précédentes, et mesme de la meilleure partye de la courante. Vous avez aussi sceu Monseigneur la garnison que j estamy en bas Poictou au commence ment de cette année pour tenir le peuple dans obéissance en un lieu assez difficile a Icause du voisinage de la Bretaigne, et de Met plusieurs p a rroissc s limitrophes qui dépendent des eslectioas des Sables et de Maulleon ont eu l'insollance dattaquer ceste guarnison, pour la seulle raison qu'elle leur desplaisoit, et si les gens qui la composent n'eussent eu beaucoup de resolution pour se deffendre et de modération pour ne pousser les choses a l'extrémité, il en fust arrivé des accidents funestes. Neantmoings on nu put pas se dispenser d'entrer en l'une de ces paroisses, qui s'appelle Bouain, en laquelle les séditeux estoient barricadez aux environs do l'église, et pour les desloger, brusler et destruire trois ou quatre meschantos maisons, après quoy ces mauvaises gens se dissipèrent et promisrent par l'entremise de la noblesse de se mettre a ladvenîr dans leur dehvoir et de commencer a faire les roolles des tailles dont ceste paroisse porte par an avec la subsistance quinze ou seize mil livres et est des plus accomodees de la province. Cependant, Monseigneur, j'aspris hier par homme exprès, que dans la mesme paroisse il est arrivé une nouvelle sédition et que cinquante hommes armez ont battu les sergens des tailles si outrageusement, qu'ils sont en péril do mort, et on me mande que trente ou quarante paroisses de l'eslection des Sables sont résolues d'en venir aux extrémités. Ccst pourquoy, Monseigneur, avant que de passer oultre j 'ay creu estre ohligé de vous en informer et vous supplyerdeme prescrire l'ordre, que j'auray a tenir en une pareille occurance, et si executtant ceux qui m'ont esté donnez de fcray faire main basse a ceste canaille, car sy on continue de les épargner, je prevoy une révolte general-le, et je vous certifie qu'on ne veult plus rien payer partout qu'avec la force. J 'ay aussy, Monseigneur, a vous susplier que sy les expéditions du changement de nostre milice ne sont f aictes, selon la proposition que j'en ay faicte a Monsieur le Tellier, il vous plaise les agréer pour les raisons contenues en sa depesche de laquelle je vous renvoyé coppie pour n'adjouster des répétitions importunes a ceste lettre que je finis et suis avec le respect que je doibs, Monseigneur, v[ost]re treshumble et tresobeissant serviteur

Villemontée
De Nyort le huictiesrne septembre 1643


Monseigneur, je m'approche des montagnes pour proficter du passage des troupes qui vont dans le Rouergue et par ce secours faire payer les parroisses des eslections de Brioude et d'Aurillac dont la plus part sont dans une désobéissance entière et celles-cy bien proches d'une débauche pareille a celle de leurs voysins.
Monsr de Langeron m'assiste de ses soins, et certes, Monseigneur, sa conduitte n'est pas moins d'un intendant de justice que d'un Marai de Camp.
Il y a peu de jours qu'estant a Maurs petite ville de cette province ou Mr de la Teriere s'estoit rendu on sonna le toxain sur eux et quoy que cette action soit venue de quelques personnes prises de vin neantm[oin] ilz ont suivy l'esprit de la ville et de tous ces quartiers, je ne lesseray pas cette insolence impunie, mais, Monseigneur, je me veoy malgré moy contrainctde relever une autre action qui me va jet ter dans la mauvaise volonté d'une des principalles familles qui a donné de la payne à Mr de Chaunes, mais l'action est telle que trouvant peu de personnes qui la veille excuser elle n'aura gueres d'autres protecteurs dans la province. Le baron de Saillans neveu de Mr leveque de Clermont ayant assemblé en ces quartiers la compagnie de ckevaulegers qu'il a dans le rég[imen]t de la Iteyne dix on douze jours avant que prendre ïa route de son rendezvous a faict suivre la meilleure partye des villages de ces quartiers qui esioint sans protection et quinze ou seize de ces cavaliers conduictz par l'un de ses domestiques les ont tous rançonnez soit en les fesant rachopter par argent le logement dont ilz estoint menacez ou s'y logeant se faire payer pour le deslogement.
Et la saison a esté favorable car chacun au sortir de la moisson préparant de l'argent aux collecteurs ces cavaliers ont faict une sec[ond]e moisson mais qui recule le payement des tailles.
Sur le bruict que ce ravage fesoit j'envoyé en quatre ou cinq villages ou avec la despenee du logem[en]t et les violences ord[inai]res je trouve près de cinq cent livres dargent net. Les collecteurs n'ont pas esté oubliés, et le pix: quelques uns de ces cavaliers ont publié hautement qu'ayant lhonneur d'estre a la Reyne ilz estoint bien ad vouez de se faire donner argent. En un autre province, Monseigneur, cette violance n'auroit pas souffert d ace om ode mont, mais en cellecy qui en vérité a besoin d'une chambre ardente et ou l'auctorité d'un intendant de justice est trop faible je creu faire assez et que vous approuveriez, Monseigneur, sy en réveillant quelques semances de justice qui depuis longtemps n'est point cogneùû de la noblesse je me contentois de faire restituer partye de largent qui a esté pillé sans parler ny de la nourriture, ny de ceux que la crainte retiendrait dans le silence, ny de l'interest de la justice, et il est bien véritable neantm[oins] qu'une restitution quelque légère qu'elle fust auroit eu grand effect en personnes de cette condition. Enfin, Monseigneur, je ne l'ay peu obtenir n'y qu'on me remist quelques cavaliers pour satisfaire le public par leur chastinient. Je faictz suivre le trompette qui sest trop insolamment advoueet hautement de l'auctorite et du nom de la Reyne mais le respect de Sa Majeste me retient de passer plus avant ny procéder contre les officiers sans commandement. Je faictz informer et me donneray l'ûonneurde vous en envoyer les procédures.
J'ayévité autant que j'ay peu d'esclatter et quoique mon devoir m'y invitast j'oze croire, Monseigneur,que vous n'en désaprouvorez pas la conduit-ta niais après tûut il y auroit eu faiblesse et j'aurais mérité vos reproches sy je m'estois rendu a la prière de Mr leveque de passer souz silence une violance sy publique et que j'aprenois par lavuix de toute la province. Pardonnez sil vous plaiat a cette longue le[ttr]e et escritte dans la presse d'un ordfinaijre que l'heure ne me permet de retarder. Je suis, Monseigneur, vfostjre très humble et très obéissant serviteur
de Sève
ce 24 septembre 1643 a Issoyre



Спасибо: 0 
Профиль
МАКСимка
moderator




Сообщение: 3425
Зарегистрирован: 20.10.08
Откуда: Россия, Санкт-Петербург
Репутация: 19
ссылка на сообщение  Отправлено: 05.01.10 23:31. Заголовок: Monseigneur, l'a..


Monseigneur, l'allarme qu'on me donoit de ces quartiers m'y a faict accourir pour empêcher que lexemple de leurs voisins ne les tirasi dans une-pareille débauche.
Je trouve partout grande obéissance sur les lèvres, mais îe coeur n a gueres de différence aux plus mutinez du Rouergue. Il y a mesme en des li eus sur la frontière qui ont protesté hautement de prendre les armes sy les troupes du Roy en approchoint et parmy les prisoniers qu'on a faict dam le Rouergue il y en a quelqu'un de cette province. Il y a quatre jours que neuf cent des rebelles vinrent attaquer dans St Constans village de cette frontiere les carabins d'Arnaud et le reg[imen]t de Tavanesoeux la compozes de 220 maistres celuy cy de 150 soldatz seul [emen]t. Les premiers se guarantirent par une prompte retraicto, les autres voulurent soustenir le chef. Celuy qui les commandoit y a esté tué et trois soldatz avec luy, trente se sont retirez blessez. Vous jugerez bien, Monseigneur, que ce dessein ne s'est peu conduire sans que ceux du lieu ou du voysinage y ayent participe.
Mais la nouvelle, nous vient présentement que ces révoltez ont esté bat-tuz devant Villefranche par Mr de Noailles, qui leur a faict lever le siège et les suit. Mr de St Flour le va joindre avec plus de 300 chevaux et il en aura le double sy ses amys luy ticnent parolle. Ainsy, Monseigneur, je croy que ce feu sera bientost estouïfé et sy cela est je proficteray du temps pour remettre dans une entière obéissance ceux que de deçà s'en feront dévoyez.
Ma payne sera pour leur faire payer les tailles, car je croye de venir plus aysemcnt a bout de leur désobéissance que de leur nécessité, mais avec les grands arerages qu'ilz doivent le ravage de quelques troupes qui ont battu ses quartiers ne leur ont rien lessé. J 'y feray mon possible et tirant du passé ce qui je pourra ce sera beaucoup sy on les peut mettre en estât de ne plus tumber a l'avenir dans de sy grandi restes. Je fesois dessein de les rembourser de la despcnse des gentilho[mm]es ci autres qui Mr de St -Flour a rassemblée, ceste action estantun premier effect du soulagement, dont je tache a les flatter et ramener a leur devoir, est de grande importance. Mais avec cela ce remboursement devant tout d'une main passer pour le payement de partye des arerages qu'ilz doivent le Roy ny perdra rien pufsqu'autrement il n'en pouroit rien recouvrer. Jesurccoyray neantni [oins] tint que jje scache sy un aura agréable que j'omployc a cette desponce des deniers dest nez pour celle des esmpcs, j'estime que six cent escus y pounmt suffir. Je suis, Monseigneur, v[ost]re tresliumble et très obéissant serviteur

de Sève
Ce 4 octob[re] 1643 a Aurillac


Monseigneur, je vous envoyé les informations dont j'ay desja eu l'honneur de voux oscrire, vous les auriez receiies plustost et plus amples sy les désordres du Rouerguc ne m'avoint point appelle en ces quartiers. Les compagnies de M. de Canillac et Dienne n'ont pas moins commis de pilleries dans la montagne que celle du baron de Saillans dans la playne, mais comme la preuve n'en peut dépérir, outre les occupations qui m'ont tiré ailleurs j'ay estimé n'en devoir faire bruict que je no reçoive voz commandemens sur la procédure que je vous envoyé le peuple estant assez prévenu de lopinion que la noblesse les peut opprimer impunément sans qu'on les'y confirme d'avantage s'ilz vcoyoint qu'après avoir recherché leur mal on negligeast d'y apporter remède.
Je ne vous dois dissimuler, Monseigneur, que la licence de ces companies qui ont l'honneur d'estre du reg[imen]t de la Reyne n'aye fait prejuice a son service et donné matière do grande plaintes. Et le plus grand mal est que ce désordre dctruict en une heure toute l'espérance de soulagement dont on a payne de flatter le peuple et le luy persuader en beaucoup de temps. Enfin, Monseigneur, je dois vous faire sçavoir tout ce qui regarde le service de leurs Mafjesjtez et je ne manqueray jamais d'y satisfaire sans réserve ny acception de personnes.
Je cours maintenant les villages de cette frontière que le chastiment du Roucrguc ramenant a l'obéissance, je tache par ma présence a faire payer ce qu'ilz doivent des tailles, mais ilz sont en de sy grandz restes qu'en vérité en beaucoup de lieux leur impuissance va faire ce qui a deu eslre imputé a malice par le passé.
Nombre de collecteurs qui se chargent de faire les levées pour les consulz ont aydé a leur ruine par leur exactions et ces sortes de gens se rendent souz main les principaux instrumens de sédition pour cependant empêcher les poursuittes des rec[eveu]rs et s'ayder des deniers qu'ilz reçoivent.
J'ay attaqué le principal d'entr'eux et un des plus séditieux d'Aurillac qui avoit commis diverses malversations dans un village dont il a la collecte, et j'espère d'un mesme coup satisfaire le peuple en fesant un exemple de ceux qui le pillent et par le châtiment d'un de ces cspritz de sédition faire appréhension a ses semblables de continuer dans une pareille vie.
J'ay aussi arresté un part[iculi]er accusé d'estre des conducteurs des croquans quand ilz vindrent sur n[ost]re frontière piller le bagage de M de Langeron, il se défend le mieux qu'il peut et neantm[oins] j'ay tiré de ses responses qu'un gentilho[mm]e du Rouergue de 4 cens livres de rente nommé le sr de Pangas est complice de cette violence ayant eu part au butin.
Ainsi, Monseigneur, de touscostez je trouve des affaires et a ne vous rien dissimuler j'ay autant de payne pour les tailles a combattre lesgentilho[mm]es qui en traversent le payement, que la mauvaise volonté ou l'impuissance des redevables,et persiste que cotte province est plus l'employ d'une chambre de Grands jours que d'un intendant de justice. J'y travailleray sans relâche tant que voz commandemens m'y retiendront, et proteste d'y rendre toute ma vie ï'obeissunce que je dois. Jesuis, Monseigneur, vfostjre troshurnhle et tresobeissant serviteur

de Sève
ce 18 octobre 1643 a Calvinet prez Aurillac

Monseigneur, j'adiousteray sil vous plaist ce mot pour vous dire que veoyant que quelques marchans desertoint l'Auvergne de bledz, et pour en faire commerce hors la France, ce dernier estant deffendu par arest, et le premier allans mettre le peuple en nécessité et toutes les tailles en nonvalleurs, j'ay creu que vous approuveriez que j'arestasse ce desordre et ay decerné ord[onnan]ce pour cet effect.


Monseigneur, Monsieur de Montrarville vous aura informé du détail de la sédition de Tours luy en ayans emplement escris par l'ordinaire de jeudi 11 de ce mois la quelle fus très grande depuis l'ordinaire parti iusques au vendredi quatre heures du soir, sans y avoir peu apporter grand ordre, n ayans aucunes forets, le prevost mesme que vous aves ordonné auprès de rnoy estoit au Bas Mayne. Je fis prendre les armes aux habitans des fauxbourgs des le jeudi au soir, et le vendredi matin aux bourgois de la ville, ou j'eu toutes les peines du monde a les y faire resouldre. ils disoint asses hault qu'il ne les falloit point prendre, que ces gens la leurfesoint plaisir de chasser les maltostiers des trente sols pour pippe. Enfin Monseigneur avec peine et quelque violance je fis mettre trois corps de garde aux trois places de la ville, et affin que le peuple ne s'imagine pas que le corps de garde que l'on mettoit en la place ou le loge fut pour me garder et que j'eusse peur je fus par la ville en mon carosse faire quelques visites acompsgné seulement de deux ou trois de mes gens, ou je trouvé le peuple dans une grande submission. Le maire de la ville fit fort bien son debvoir et est homme de resolution, Jay mandé toutes les officiers et habitans de ia ville qui sont aux champs et toutes les prévosts des rnareschaux des provinces Aniou, Touraine, et Mayne, affin de me rendre le plus fort contre cette canaille et en faire paniïre quel quesuns. Ces séditieux furent jeudi Monseigneur bien armes et en grand nombre iusques a Bleré prendre les commis des trente sols pour pippe leur osterent leurs armes habits et argont et les amenèrent prisonniers aux fauxbourgs de la Riche, d'où ils se retirèrent en un région que l'on appelle la ville perdue hors ce fauxbourg ou ils se sont cantonnes, sur le commandement que je fis aux capitaines de ce fauxbourg de prendre les armes et de faire la patrouille la nuict. Ils tiennent encore a présent un do ces commis prisonnier et ont laissé aller l'naître pour quérir cinquante pistolles pour retirer Son compagnon. Je les fais obtenir. J'ay des gens parmi eux qui m'ad ver tissent de ce qu'ils font. Si j'eusse peu m'assurer des h.ibitans je les aurois faict attaquer mais je ne my fis nullement quoyqu'ils me tesmoignent toute sorte de bonne volonté mesmc ces séditieux disent qne je ne suis point maltostier. J'attends des forces et puis je les metteray a raison, ou du moins j'y feray mon possible. J'advoue Monseigneur que je ne puis souffrir ces insolences. Lorsqu'ils amenèrent ces commis prisonniers toutes les habitans de la ville et du plat pais s'en raocquoint et disoint qu'ils fesoint bien. Il ne faict nullement seur par la campagne ces séditieux volent les passants en disant que se sont maltostiers, J-'espere dans peu Monseigneur leur donner la chasse et en faire iustice exemplaire. Je pensé vendredi vous envoier un cou-rier pour avoir des forces, maïs a présent la sédition est un peu appaisée, non pas entièrement, je pouray bien attendre celles qui me viennent. S'il survient quelque chose de nouveau Monseigneur je ne manqueray de vous en donner advis en diligence. Cependant je vous prie de croire que je n'abandûnneray point et que j'y emploiray toutes mes soings, cette affaire est de très grande conséquence pour la généralité, attendant vos ordres je demeureray, Monseigneur, vostre très humble très obéissant et très fidel serviteur

D. de Heer
De Tours ce 25 octobre 1643



Спасибо: 0 
Профиль
Ответов - 22 , стр: 1 2 All [только новые]
Тему читают:
- участник сейчас на форуме
- участник вне форума
Все даты в формате GMT  4 час. Хитов сегодня: 35
Права: смайлы да, картинки да, шрифты да, голосования нет
аватары да, автозамена ссылок вкл, премодерация откл, правка нет



"К-Дизайн" - Индивидуальный дизайн для вашего сайта